Terrasson - Société: Téléthon : un appel aux associations et tricoteuses - Lundi, 13 Novembre 2017 10:21
Terrasson - Société: 11 Novembre : La Bachellerie rend hommage à Jacques Lafon - Dimanche, 12 Novembre 2017 18:58
Terrasson - Tourisme: De belles photos en terrassonnais : Peyrignac - Mercredi, 08 Novembre 2017 17:24
Montignac - Société: Saint Amand de Coly : une nouvelle carte communale à l'étude - Mercredi, 08 Novembre 2017 09:28
Terrasson - Loisirs/Culture: Jean Guionie expose à Terrasson - Jeudi, 02 Novembre 2017 00:00

25
Mar
2014

Terrasson municipales, interview de Régine Anglard : "Un groupe qui a une vraie écoute va prendre des décisions meilleures que quelqu'un qui décide tout seul"

PDFImprimerEnvoyer

EWANews - Débats - Idées

A une semaine des élections municipales, le 23 mars 2014, votre site internet Ewanews publie l'interview portrait de Régine Anglard qui accompagne Francis Valade tête de liste face au maire sortant Pierre Delmon. La numéro 2 de la liste d'opposition à Terrasson souligne la force d'une équipe à l'écoute des administrés et donne son point de vue sur les sujets sensibles de cette élection.

Ewanews.  Bonjour Régine Anglard. Quel est votre parcours ? Quel est votre âge ? Qu'est-ce qui vous motive dans l'action citoyenne et à continuer à tenir un rôle au niveau municipal à Terrasson ? Quelles sont vos convictions ?

Régine Anglard : "Bonjour, j'aurai 59 ans fin mars. J'habite Terrasson depuis l'âge de 5 ans. Mon parcours est viscéralement rattaché à l'école. J'ai effectué toute ma carrière d'enseignante en Dordogne. D'institutrice en classe unique à Coly à faisant fonction d'inspectrice de l'Education nationale à Sarlat, en passant par conseillère pédagogique et formatrice. Ma passion était et reste l'enseignement, surtout en maternelle. C'est la première école et ce sont les fondations. Puis, j'ai eu la passion de former les futurs enseignants dans le cadre de l'IUFM et en circonscription. A la retraite depuis quatre ans, j'ai plus de temps à consacrer à mon engagement citoyen et associatif. Ma candidature dans la liste d'opposition est un désir de m'investir dans la continuité de mon investissement associatif. Je siège au bureau de la Ligue de l'enseignement. Je suis présente au conseil municipal depuis 2008 mais je me présente pour la 3ème fois aux suffrages des Terrassonnnais. La première fois, c'était sur la liste d'Agnès Gauthier-Delmas. La 2ème fois sur la liste de M. Laplanche et  j'ai siégé au conseil municipal pendant six ans".

Ewanews. Pourquoi n'avoir acceptée qu'un second rôle dans cette nouvelle liste ?

R.A. : "Ce qui me plait, c'est avoir des idées pour la ville où l'on vit et les mettre en oeuvre, et se confronter aux autres. L'ordre n'est pas très important, on est avant tout une équipe citoyenne et solidaire. Un groupe, qui a une vraie écoute, va prendre des décisions infiniment meilleures et plus proches des concitoyens, que quelqu'un qui décide tout seul. C'est cet esprit-là qui anime notre équipe. J'aurais pu être tête de liste mais cette co-gestion de liste, qui illustre une réelle parité, me paraît bien plus moderne et intéressante. Cette équipe porte un projet à son image et nous ferons de même pour la gestion de la commune."

Vous vous investissez beaucoup dans la vie communale et associative, qu'est ce qui vous plait dans ce choix ?

R.A. : "Ce qui me plait ce sont les contacts avec les personnes et écouter les autres. Tout le monde a une histoire et c'est passionnant de gérer à plusieurs des dossiers compliqués quelquefois. Je suis par ailleurs présidente de l'Amicale Laïque de Terrasson depuis bientôt dix ans qui comprend près de 450 membres répartis sur 18 sections. Je suis aussi responsable du club photo qui compte près de 20 adhérents".

Avez-vous une couleur politique ?

R.A. : "Oui, je suis socialiste".

Un mot pour présenter la liste d'opposition ?

R.A. : "Mes colistiers sont des gens motivés, qui ont envie de s'investir dans la vie communale et qui partagent les mêmes valeurs. Cette liste est représentative des Terrassonnais avec toutes les sensibilités. Il y a des jeunes qui s'intéressent à la vie de la commune et ça, c'est un grand bonheur. Là encore, cela a motivé ma présence sur cette liste pour les accompagner vers l'avenir."

Tout le monde reconnaît que la ville a vraiment changé avec le maire sortant. Les visiteurs qui ne sont pas venus depuis longtemps sont surpris. Qu'en pensez-vous ?

R.A. : "Les visiteurs certes, mais les Terrassonnais qu'est-ce qu'ils en pensent ? Comme toutes les villes, Terrasson a changé et s'est embellie. Pas partout. Tout cela grâce aux subventions de l'Etat, de la Région, etc. Et avec l'argent des contribuables. Tous les gens que je connais trouvent cette traversée fort agréable. Il n'y a plus de bouchons".

Que pensez-vous de la majorité en conseil municipal et y-a-t-il eu des sujets où vous n'étiez pas d'accord ?

R.A. : "La majorité municipale ne sait pas écouter les Terrassonnais et les usagers n'ont pas la parole dans les grands projets collectifs. Il y a un déficit démocratique flagrant. J'ai trouvé indécent les dépenses exagérées voire inutiles pour certaines comme les lustres en cristal de la mairie, les pins de la médiathèque, sans parler de l'entrée du stade municipal quand on connaît le manque d'infrastructures sportives. Il y a aussi des aménagements qui ne sont pas fonctionnels par méconnaissance des besoins des usagers. On manque souvent de cohérence et de vision à long terme."

Quels sont vos projets pour Terrasson sur ces six prochaines années ?

R.A. : "En fait, ce sont les axes que l'on retrouve dans notre projet pour Terrasson : l'emploi et le développement économique, une autre orientation de la politique de la ville, et surtout la cohésion sociale et le bien vivre à Terrasson, indissociables d'une autre forme de démocratie municipale avec la consultation des usagers, des conseils de quartiers et des élus référents par exemple".


Quelles sont les actions à mener en faveur de l'économie et de la création d'emploi ?
R.A. : "La crise économique et le chômage sont les préoccupations majeures des Terrassonnais. La création d'emplois passe par la dynamisation des zones d'activités tout en maintenant et favorisant les commerces de proximité du centre ville. Pour enrayer la hausse du chômage, il faut une ville attrayante par ses zones d'activités mais aussi par des structures sociales comme les garderies, les créches, les infrastructues sportives et culturelles. Ceci afin d'attirer de nouvelles entreprises. Une ville où tout est fait pour accueillir les entreprises mais aussi un ville où il fait bon vivre".

Etre un bon maire aujourd'hui, c'est quoi ? Qu'est-ce qu'attendent le plus les administrés selon vous, est-ce un maire gestionnaire ou bâtisseur ?

R.A. : "Les administrés attendent surtout un maire disponible, présent et près de la population, soucieux de ses concitoyens. Il doit être également rigoureux et porteur de projets pour sa ville. Je trouve par ailleurs que la parité à tous les échelons de la vie politique est une avancée très importante pour les femmes".

L'insécurité. Envisagez-vous la pose de caméras en centre-ville ?

R.A. : "La pose de caméras ne fera que déplacer le problème. Ce problème existe, il ne faut pas l'occulter. Il faut le traiter en synergie avec les services de l'état comme la gendarmerie, la police, les services de la prévention de la délinquance."

Peut-on rendre Terrasson encore plus attractive ?

R.A. : "Oui mais pas avec la méthode actuelle. La preuve, l'augmentation de la population n'a pas eu lieu et il faut se demander pourquoi. Il y a des facteurs externes mais il y a aussi des choses qui manquent à Terrasson. On peut se demander pourquoi il y a autant de logements et de commerces à louer ou à vendre. Nous allons développer quelques pistes dans notre projet pour y répondre".

Le tourisme a redynamisé le centre-ville, les restaurants sont très nombreux, mais d'autres commerces ferment. Peut-on encore dynamiser le centre-ville ?

R.A. : "Certes le tourisme a redynamisé la ville comme toutes les villes de la vallée de la Vézère et de la Dordogne. Mais l'affluence touristique n'est pas au niveau des attentes. En terme d'accueil touristique, nous manquons d'infrastructures comme des résidences de tourisme, des centres de vacances, de camping. Le plan de circulation du centre ville est à reétudier. Beaucoup de commerces visent le tourisme, mais sur trois mois, on ne peut pas en vivre".

Comment voyez-vous l'avenir touristique de Terrasson ? Les jardins par exemple.
R.A. : "Le tourisme est une compétence intercommunale et Terrasson a une carte à jouer dans le classement de Grand Site de France et au patrimoine mondial de l'Humanité de la vallée de la Vézére. On ne peut pas rester isolés dans ce dossier là. Les infrastructures terrassonnaises sont à développer en cohérence avec le bien vivre à Terrasson, avec la possibilité de visites libres pour les jardins, le développement de pistes cyclables, la création de boucles pédestres thématiques."

L'intercommunalité. Quels sont les enjeux pour Terrasson ? Etes-vous confiant pour que, dès les premières années, tout le monde s'accorde ? Pour faire face aux projets portés par l'intercommunalité, est-ce que les Terrassonnais ne vont pas avoir de mauvaises surprises genre impôt supplémentaire ?

R.A. : "Pour la première fois les conseillers communautaires vont être élus au suffrage universel. La peur de la nouveauté est humaine mais il faut y voir aussi une formidable opportunité de valorisation de notre territoire. L'augmentation des impôts pour une ville comme Terrasson sera insignifiante dans la configuration prévue. Malgré tout, cela ne sera pas facile car nous sommes trés nombreux et il faudra être vigilant à appliquer nos valeurs de solidarité et de respect de chacun".

Enfin, avez-vous une citation ou une devise qui vous est chère ?

R.A. : "Oui, la citation de l'abbé Pierre... La politique, c'est rendre possible ce qui est nécessaire. Je la compléterais par une autre citation cette fois-ci anonyme : Faites-vous entendre, mais n'oubliez jamais d'écouter".

Propos recueillis par Alain Rassat

 

Des interviews de Francis Valade et de Sylviane Pécon sont à lire sur Ewanews.

 


 

Soirée débat présentation de la liste d'opposition à Terrasson mardi 18 mars 2014...

Le député Germinal Peiro et le conseiller général Serge Eymard avaient beau être assis au premier  rang, ce n'était pas eux les stars de la soirée. Au centre de la tribune, entourés de l'ensemble de leurs colistiers, le duo Francis Valade (PC) - Régine Anglard (PS) s'est présenté devant 150 personnes avant de détailler un programme et de laisser le micro à la salle. La force de cette liste est sa couleur de gauche en sachant qu' "au moins 60% des électeurs locaux votent à gauche traditionnellement à Terrasson" (dans un scrutin national). Francis Valade dénonce "le discours de droite facilement reconnaissable" du maire sortant et revendique de son côté "la solidarité et la cohésion sociale, avec notamment la démocratie participative et des conseils de quartier qui seront mis en place". Parmi leurs recettes : "faciliter l'implantation d'entreprises, dynamiser les zones d'activités et le commerce en centre-ville, une ville où il fait bon vivre avec des infrastructures sociales, sportives et culturelles, un conseil municipal des jeunes, une maison de santé pluri-disciplinaire, construction d'une EPHAD publique et de foyer-logements, aménagement d'une aire de covoiturage, structure d'accueil adaptée, mise en place des rythmes scolaires, nouvel élan dans la formation d'éducateurs sportifs, création d'un Pass sport, maison des arts martiaux et gymnase, redynamisation du centre culturel, pistes cyclables, boucles pédestres thématiques, audio-guides... On apprenait que Francis Valade connaît bien Germinal Peiro et Serge Eymard pour avoir fréquenté l'école Normale à Périgueux au même moment. Viviane Roux salue "le duo original capable de prendre les responsabilités à Terrasson, de façon à ne pas faire un bis répétita avec le maire sortant qui a sorti un livre préfacé par Yves Guéna, leader de la droite".

Les différents problèmes évoqués par la salle :

- 50 familles de La Croix, Le Bos, etc. se plaignent des nuisances sonores de la piste hélicoptère-ULM autorisées de 7h du matin à 22h. Ils ont fait appel à la gendarmerie aéronautique de Bordeaux pour enfin être écoutés. "Il y a de plus en plus de gens qui vivent dans ce secteur et cela pose problème" précise un participant dans la salle.

- le stationnement rue Cournarie et avenue Victor Hugo, au pôle des services publics et à pôle emploi, le stationnement devant le collège qui accueille plus de 600 élèves...

- la circulation des poids lourds en centre-ville;

- la piscine non couverte alors que le collège devrait apprendre aux élèves à savoir nager à la 6ème. Demande à laquelle Régine Anglard répond que "ce serait forcément déficitaire en coût de fonctionnement et que ce serait alors un choix".

- y-a-t-il un nouveau projet de grande surface en attente à Terrasson ?

- des médecins qui partent à la retraite et d'autres qui sont surbookés.

- les logements de la Borie Basse à la limite de l'insécurité : "il faut mettre les propriétaires devant leurs responsabilités" répond un colistier.

- l'éclairage public à 22h30 qui s'éteint dans certaines rues plongées dans le noir : problème quand on sort du cinéma et que l'on doit rentrer à pied... Des veilleuses ce serait pas possible ? Pourquoi des habitants n'ont-ils pas droit à la lumière ? Ils ne paient pas leurs impôts ?

- le renouvellement trop modeste des livres à la médiathèque, le choix des DVD est trop limité, les abonnements aux revues aussi, à la médiathèque.

NOS PARTENAIRES :
Communauté de Communes du Terrassonnais en Périgord noir-Thenon-Hautefort ; Terrasson-Lavilledieu ; Montignac ; Pazayac ; Beauregard-de-Terrasson ; Badefols d'Ans ; Condat-sur-Vézère ; La Bachellerie ; Le Lardin-Saint-Lazare  ; Saint-Rabier ; Thenon ; Peyrignac ; Cublac ; La Feuillade ; Chavagnac ; La Cassagne ; Châtres ; Coly ; Grèzes ; Aubas ; Villac ; Azerat ; Ladornac ; Tourtoirac
Conseil Départemental Dordogne