Terrasson - Société: Téléthon : un appel aux associations et tricoteuses - Lundi, 13 Novembre 2017 10:21
Terrasson - Société: 11 Novembre : La Bachellerie rend hommage à Jacques Lafon - Dimanche, 12 Novembre 2017 18:58
Terrasson - Tourisme: De belles photos en terrassonnais : Peyrignac - Mercredi, 08 Novembre 2017 17:24
Montignac - Société: Saint Amand de Coly : une nouvelle carte communale à l'étude - Mercredi, 08 Novembre 2017 09:28
Terrasson - Loisirs/Culture: Jean Guionie expose à Terrasson - Jeudi, 02 Novembre 2017 00:00

Canton Haut-Périgord noir : Viviane Roux et Jean-Paul Robert candidats

PDFImprimerEnvoyer

Hautefort Thenon - Infos municipales

Les candidats du Front de Gauche sur le nouveau canton de Thenon et Hautefort (Haut Périgord Noir) sont Jean-Paul Robert et Viviane Roux. Les remplaçants sont Philippe Chabrol et Eliane Bretout. Ce canton est composé de 34 communes regroupant une partie de l’ancien canton de Terrasson, les ex-cantons de Thenon, Hautefort, et des communes de St Pierre de Chignac, de Savignac, d’Excideuil. C'est au total 14.769 habitants et 12.152 électeurs inscrits. Cette candidature est présentée sous forme d'un communiqué des membres du Front de Gauche lors d'une conférence de presse. Les candidats se présentent sur cette page et un repas-débat a lieu ce dimanche 1er mars à Peyrignac.

"Les candidates et candidats que nous présentons au débat et aux suffrages de la population de ce canton sont issus de plusieurs rencontres et discussions collectives émanant des militantes et militants communistes de ce secteur, des camarades syndicalistes du lieu, d’élus locaux, des amis qui se reconnaissent dans le Front de Gauche, sans forcément être adhérents à l’une des organisations qui le composent".

Un collectif de travail se réunit toutes les semaines le mardi à 18 h à la salle de St Antoine d’Auberoche. "Chacun peut mener campagne avec nous, et toutes les bonnes volontés sont les bienvenues"
disent-ils. "Nous présentons des femmes et des hommes, dont les qualités premières, en regard des discussions que nous avons eues, c’est qu’ils sont vrais ! Qu’elles et ils incarnent par leurs engagements de vie dans leur environnement cet esprit de révolte contre les injustices, un esprit de résistance et de construction pour les solidarités".

"Nous avons la volonté de faire une campagne utile à la vie des gens, de penser ensemble des propositions, toujours au service de la justice sociale. Il s'agit de rendre la masse des richesses produites par le travail et l’intelligence des êtres humains, non à quelques uns mais à la collectivité. Nous mènerons une campagne centrée sur la conception de la citoyenneté et des solidarités à la Française, issues des grandes conquêtes sociales et du programme du Conseil National de la Résistance".

"Les candidats Front de Gauche sur ce canton rassemblant les engagements communistes, syndicalistes et élus, porteront avec offensive une autre voix possible et des propositions concrètes autour de trois idées programme". Première idée : "oui, avec force, l’austérité ça ne marche pas ! Plus nous obtiendrons de voix sur ce canton et plus nous échapperons aux pièges des divisions, des désespoirs ou de la peur de l’autre. Dire l’austérité ça ne marche pas ! Nous déclinerons des propositions sur le partage des richesses et l’utilisation de l’argent, y compris localement, et la création nationale d’un grand service public, un pôle public bancaire."

Deuxième idée : "la Démocratie, ça nous concerne ! Les institutions à caractère monarchique de la 5ème République ont besoin d’un grand bol d’air pur, de nouvelles assemblées constituantes et de la citoyenneté ! Mais rien dans la réforme des collectivités territoriales ne s’inspire de ces motivations ! Nous sommes contre la disparition des départements, lieux de proximité des citoyens permettant de maîtriser le local, et permettant de susciter sous toutes ces formes, l’interventions des citoyens, par l’intermédiaire d’associations et de collectifs de proximité".

"A l’opposé la grande Région, de plus de 5 millions d’habitants, qui se construit sans nous. Il faut tomber les masques des choix politiques qui président à cette construction et à cette grande Région : cette réforme ne correspond qu’à un seul but : mouler dans un corset les institutions de la France pour renforcer cette Europe capitaliste du Fric, faire du saute-mouton sur la souveraineté du Parlement Français et fondamentalement éloigner les populations des centres de décisions, en conséquence renforcer le caractère discriminatoire envers les milieux populaires par la non-représentativité politique et renforcer les pouvoirs d’une classe politique élitiste".

Troisième proposition: "la solidarité. Les valeurs gravées dans le marbre de la République Française, "Liberté, Egalité, Fraternité," sont nôtres, héritées de l’histoire nationale. Au nom de ces valeurs, il y a urgence d’arrêter l’indécence de l’appropriation de la richesse par une minorité. Nous pensons à Mme Bettencourt, PDG de l’Oréal, 5ème au Gotha des milliardaires du monde, cette personne qui fait la une de l’actualité, pour ses générosités particulières en direction de l’UMP, d’un monde du fric et des mondanités sans scrupules, d’un monde qui n’a pas besoin de piquer dans les poubelles des produits périmés pour se nourrir, et au sort de ces pauvres accusés de vol, qui se retrouvent au tribunal avec un bataillon d’avocats à charge s’évertuant à démontrer leur crime contre les lois du marché. Nous pensons à tous ces collectifs de « sans toit » qui luttent pour le droit au logement, pour celles et ceux qui n’ont rien. Nous pourrions énoncer la détresse des femmes souvent isolées avec enfants, qui n’ont pour la survie, que les Restos du cœur, ou la pauvreté réelle dans nos campagnes ou au cœur de nos villes, comme l’ont démontrée les statistiques récentes. Le Vivre Ensemble, revenu au premier plan de l’actualité, ne doit pas être un élément de langage, mais un contenu. Nous disons non à des choix politiques allant dans le sens d'un recul social, comme par exemple la loi du ministre Macron".

La Solidarité, c’est prendre connaissance et conscience de l’étendue des besoins sociaux en Dordogne. Le vote du budget l’atteste: 53% du budget est consacré à répondre aux dépenses sociales. Et pourtant, les réponses financières sont loin de répondre aux détresses individuelles et aux besoins collectifs.

En Dordogne, se sont en 2014, 621 personnes de plus, dans le dispositif RSA, soit 12000 personnes et familles. Le chômage a encore progressé de 5% en 2014. La Solidarité c’est d’avoir des exigences politiques avec une ambition industrielle de défense de l’emploi industriel et des salariés, à l’opposé des plans du patronat, y compris dans le département. La Solidarité c’est de refuser la baisse des dotations de l’Etat qui prive toutes les Collectivités de millions d’euros. Les milliards du CICE n’ont donné aucun effet en Dordogne et en France sur la préservation et le développement de l’emploi. Quant au pacte de responsabilité (40) milliards sous pression du Medef, il faut rappeler au représentant départemental du MEDEF qu’il agite moins les dogmes idéologiques, mais qu’il travaille à prendre ses responsabilités économiques, sociales et environnementales.

La solidarité c’est aussi répondre aux revendications agricoles, non par des subventions  aléatoires, mais en payant aux agricultrices et agriculteurs le juste prix de leur travail, ce qui implique de remettre en question la financiarisation capitaliste (mondialisation construction européenne), le soutien du développement des circuits courts ne peut s’exonérer de ces débats...

La solidarité c’est lutter dans le département pour donner aux services publics les moyens d’assurer leur missions.

Nous terminons notre propos par notre volonté de nous faire entendre, dans la dimension de l’utilité, en proposant non seulement la distribution de notre programme et des candidatures sur les marchés, aux portes des entreprises, mais aussi lors d'une rencontre autour d’un repas, dimanche 1er mars à midi au restaurant Le Taravelou de Peyrignac, des petites réunions chez l’habitant, partout où ce sera possible, une réunion au chef lieu de canton... Notre ambition, c’est de montrer que nous « pouvons être utiles à Vivre et, nous osons le dire, à Rêver ».


Texte signé par : Nos candidates et candidats, le binôme des titulaires

Les candidats

Jean Paul Robert : militant syndicaliste, en responsabilité départementale de son syndicat des ATOSS* pendant 25 ans (*concerne les personnels non enseignants de l’Education nationale). Le syndicat et son premier représentant, (JPR) ont particulièrement fait entendre les aspirations, le rôle de ces personnels, rouages indispensables à la bonne marche de l’Education nationale dans le transfert de ceux-ci des collèges vers les départements. Jeune retraité, toujours très mobilisé sur les actions de manifestations.

Viviane Roux, fille de paysan qui était militant et syndicaliste agricole. Ex-ouvrière de la chaussure à Bata (à l’époque près de 2000 salariés). Elue par les ouvrières et ouvriers à toutes les responsabilités de représentativité syndicale et ce jusqu’au plan de licenciements massifs. Depuis, c'est l’une des responsables départementales du PCF et responsable locale de la section du PCF de Terrasson et Thenon. "Humainement, je suis très impliquée dans le Terrassonnais sur la défense des emplois industriels et des salariés (pouvoir d’achat dignité), la défense des services publics dont la longue lutte pour la reconquête du fret SNCF autour de la papeterie de Condat, les mobilisations pour Gaye, Socat, Papeteries de  Condat, Fruisec, la maison de retraite, pour la dignité de l’habitat HLM, etc." dit-elle.

Eliane Bretout a de multiples investissements et casquettes. Cette femme engagée, fidèle par sa présence active à toutes les résistances en Terrassonnais, a contribué aux mouvements des mères et femmes de papetiers pour la défense de ce poumon local et départemental. Militante associative dans sa commune de Beauregard, elle est fille de petits artisans, et ne reste pas la dernière à investir le pavé parisien pour certaines Manifs.

Philippe Chabrol, élu municipal depuis 1995, premier adjoint à la Mairie de Milhac, délégué communautaire du Grand Périgueux, investi également dans le milieu associatif, est imprimeur à l’imprimerie des timbres Poste, responsable syndical.

Repas du 1er mars

Dimanche 1er mars à midi au restaurant Le Taravelou de Peyrignac : un repas-débat ouvert à tous : tél. 06 76 07 49 53 ou 05 53 0444 41 20.

Le lundi 2 mars, les candidats seront sur le marché de Hautefort, puis sur les zones commerciales. Le vendredi 6 mars, ils seront  sur le marché du Lardin et à la papeterie de Condat.

Les réunions publiques

13 mars 18h30 Le Lardin salle socio-culturelle près des pompiers Elections départementales : réunion publique de Viviane Roux et Jean-Paul Robert, FdG sur Haut-Périgord noir

16 mars 18h30 Hautefort salle des fêtes réunion publique de Viviane Roux et Jean-Paul Robert, FdG sur Haut-Périgord noir

17 mars 20h30 Thenon marché couvert  réunion publique de Viviane Roux et Jean-Paul Robert, FdG sur Haut-Périgord noir

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

NOS PARTENAIRES :
Communauté de Communes du Terrassonnais en Périgord noir-Thenon-Hautefort ; Terrasson-Lavilledieu ; Montignac ; Pazayac ; Beauregard-de-Terrasson ; Badefols d'Ans ; Condat-sur-Vézère ; La Bachellerie ; Le Lardin-Saint-Lazare  ; Saint-Rabier ; Thenon ; Peyrignac ; Cublac ; La Feuillade ; Chavagnac ; La Cassagne ; Châtres ; Coly ; Grèzes ; Aubas ; Villac ; Azerat ; Ladornac ; Tourtoirac
Conseil Départemental Dordogne