Terrasson - Infos municipales: Les voeux 2018 de Pierre Delmon à Terrasson - Jeudi, 18 Janvier 2018 00:43
Terrasson - Société: EELV s'exprime contre la déviation de Beynac - Mardi, 16 Janvier 2018 00:00
Terrasson - Loisirs/Culture: "By Heart" à Terrasson le mardi 6 février - Mercredi, 17 Janvier 2018 12:36
Montignac - Sport: AS Couze football : une victoire pour Pedro - Jeudi, 11 Janvier 2018 00:00
Terrasson - Société: Bernard Cochet, président d'Itinérance, disparaît - Vendredi, 12 Janvier 2018 16:27

17
Sep
2013

Intronisation à la Confrérie des abeilles et du miel

PDFImprimerEnvoyer

Terrasson - Patrimoine

(1 vote, moyenne 5.00 sur 5)

Il y avait beaucoup d'amateurs de miel et d'hydromel ce week-end à La Bachellerie. Il faut dire que la toute jeune « Confrérie des Abeilles et du Miel » avait choisi, à l'occasion des Journées européennes du Patrimoine, d'honorer et d'introniser quelques personnalités locales dévouées pour la cause de l'apiculture dont Serge Eymard, vice-président du Conseil Général chargé de la culture, et Christian Delmas, apiculteur depuis six ans. Mgr Mouïsse, Evêque de Périgueux et Sarlat, avait déjà reçu sa médaille. Jacques Laugénie a proposé une exposition de ses ruches, certaines anciennes de 150 ans et qui viennent de différents pays.

"L'abeille existe depuis 100 millions d'années. La grotte de Lascaux à côté, c'est 18.000 ans, par comparaison. En France, on consomme d'ordinaire à peu près 40.000 tonnes de miel. L'année dernière, on était descendu à 18.000 tonnes. Et cette année, on craint de descendre à 15 ou 16.000 tonnes. Au printemps, il a fait très mauvais, il a plu, il a fait froid. Il y a des ruches qui sont mortes de faim la 2e quinzaine de mai. Les abeilles ne sortaient pas et quand elles pouvaient sortir, les fleurs d'acacias étaient pleines d'eau" explique un spécialiste aux visiteurs du site "Les abeilles du Périgord", situé à 2,1 km du panneau de La Bachellerie en direction de Montignac, par Auriac.

"Pour démarrer l'apiculture, c'est quelque chose de technique. On ne pleut plus maintenant installer ces ruches dans le jardin et les laisser vivre comme elles peuvent. Cela ne marche plus. Il faut être un peu technicien et connaître les techniques pour soigner les abeilles, pour les aider à passer l'hiver notamment" continue le technicien. Le site organise des séances de ruchers-école gratuites et ouvertes à tous, une fois par mois, de février à septembre.

La cérémonie d'intronisation s'est déroulée en présence de Laurent Mathieu maire de Montignac, de Dominique Bousquet maire de Thenon et de la Confrérie de la Noix de Nailhac. Jacques Laugénie président de la toute nouvelle "Confrérie du miel et des abeilles en Périgord" (création parue au J.O. du 19 janvier 2013) s'est félicité "d'un coup médiatique extraordinaire pour La Bachellerie avec des articles dans la presse écrite (Réussir le Périgord, l'Essor Sarladais, Sud-Ouest...). Nous avons eu un passage sur FR3 Périgord jeudi soir. FR3 Aquitaine a repris le film vendredi à midi et samedi soir FR3 national... Radio France Périgord a fait un direct samedi matin. Et France Inter ce dimanche matin à 9h05".

Le rôle principal de la confrérie est de jouer le rôle d'ambassadeur de la qualité du miel du Périgord et des produits de la ruche, mais c'est aussi le souhait d'avoir des liens d'amitié avec tous ceux qui ont des aspirations identiques. Les confréries font partie du patrimoine immatériel de l'UNESCO. "Ce patrimoine, c'est pour le plaisir du bien vivre et du bien manger" dit le président. Le supplice des deux intronisés consistait à déguster un verre d'hydromel accompagnés de gâteaux au miel. Pendant ce temps-là était lue la charte de la Confrérie... "Compagnons de la Confrérie au pays de Jacquou le Croquant, de la vigne et de la truffe, du foie gras et des cèpes, amoureux de nos butineuses du miel... Nous compagnons prêtons serment :  Abeilles tu naîtra, miel tu produiras, nos papilles tu combleras, en noble hydromel tu finiras".

Plus loin que le fait d'être consommateur de miel, Serge Eymard a souligné que "l'on peut être fier de voir qu'il y a des hommes et des femmes qui se battent pour faire vivre leur territoire et surtout pour lui donner une belle image à travers ce qui les passionne. Et donc bien sûr on a envie de les aider et c'est ce que je fais... Le département soutient les filières au nouveau de l'apiculture... Je valoriserai vos produits, vos actions et tout ce que vous faites pour l'abeille et pour le Périgord". Mgr Mouïsse ne cache pas non plus qu'il a toujours du miel chez lui... "On m'en offre et il m'arrive d'en acheter parce que j'en prends au moins tous les soirs dans un bol de lait chaud. Il paraît que ça aide à dormir et je crois que c'est vrai. Cela me fait très plaisir d'être ici car ce sont des gens très sympathiques. J'aime les gens passionnés et nous sommes là devant des gens profondément passionnés, amoureux de la nature, des insectes, des abeilles, avec ce désir de promouvoir, et je veux les aider et les soutenir".

Jacques Laugénie natif du Périgord est apiculteur depuis 40 ans et collectionne depuis 35 ans des ruches. "L'abeille, c'est notre environnement, notre avenir" dit-il. Le président se veut humble et confie "qu'il ne décide rien. Ce sont mes amis, mes collègues qui vont décider s'il y aura une seconde édition". Le collectionneur n'a exposé qu'une petite partie de ses ruches qu'il a rassemblé lors de ses voyages. "Au moment où je suis vice-président des apiculteurs de la Dordogne, cela m'a valu de voyager dans tous les congrès. Là nous partons en Belgique en octobre, invités par une confrérie, car nous sommes la seule confrérie en France, et peut-être que là je trouverai des ruches de Hollande ou d'ailleurs."

L'abeille hélas ne se porte pas tellement bien aujourd'hui. "Nous sommes victimes des insecticides, pesticides, de la chimie, de l'agro-chimie. J'ai la chance d'être dans une région assez reculée en Périgord où l'on emploie pas trop de ces produits. En venant chez nous, vous avez beaucoup de végétation, de bois. Nous ne sommes pas trop touchés par ces produits qui nous empoisonnent la vie, à nous également aussi". Chacun peut jouer un rôle dans la vie de l'abeille en conservant des fleurs dans son jardin. "ce qu'il faudrait, c'est essayer de les sulfater, de la traiter avec des produits très nocifs pour les abeilles. Il faut d'ailleurs remercier le conseil général qui fait des progrès énormes. Cette année, il a été planté 140 hectares de plantes mellifères grâce à eux".

 

Photo 1 : Mgr Mouïsse et Serge Eymard ; photo 2 : Serge Eymard, Christian Delmas et Jacques Laugénie (de gche à dte) ; photo 3 : ruche en paille russe au premier plan

 

 

 

 


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

NOS PARTENAIRES :
Communauté de Communes du Terrassonnais en Périgord noir-Thenon-Hautefort ; Terrasson-Lavilledieu ; Montignac ; Pazayac ; Beauregard-de-Terrasson ; Badefols d'Ans ; Condat-sur-Vézère ; La Bachellerie ; Le Lardin-Saint-Lazare  ; Saint-Rabier ; Thenon ; Peyrignac ; Cublac ; La Feuillade ; Chavagnac ; La Cassagne ; Châtres ; Coly ; Grèzes ; Aubas ; Villac ; Azerat ; Ladornac ; Tourtoirac
Conseil Départemental Dordogne