Montignac - Loisirs/Culture: 8e nuit du Court-métrage le 24 août à Montignac - Jeudi, 16 Août 2018 10:43
Terrasson - Loisirs/Culture: Le marché festif de Châtres - Mercredi, 01 Août 2018 00:00
Montignac - Loisirs/Culture: Più di Voce : Contes d'Hoffmann à St-Léon, époustouflant - Jeudi, 02 Août 2018 08:13
Terrasson - Tourisme: Cublac : Marché festif à la halle le mardi soir d'été - Vendredi, 03 Août 2018 00:00
Terrasson - Loisirs/Culture: La Bachellerie en fête avec courses de caisses à savon - Mercredi, 25 Juillet 2018 00:00

02
Oct
2013

Préhistorien : la belle histoire d'une rencontre entre un paysan périgourdin et une réalisatrice

PDFImprimerEnvoyer

Terrasson - Patrimoine

(1 vote, moyenne 1.00 sur 5)

"Le dernier paysan préhistorien". Ce film a été présenté dimanche 22 septembre au Cinéroc de Terrasson en présence de Gilbert Pémendrant et Sophie Cattoire. Ce documentaire, qui a été traduit en anglais, a été sélectionné pour être projeté lors de la soirée de clôture du Festival Arkhaios à Hilton Head Island en Caroline du Sud (Etats-Unis), le samedi 26 octobre 2013 au Coligny Theater.

Dans ce film très touchant, la réalisatrice Sophie Cattoire a eu un véritable coup de coeur pour cet homme, Gilbert Pémendrant, qui a "cet amour de la terre, au-dessous comme au-dessus, puisqu'il est paysan et également préhistorien, car sa famille a découvert, en 1898 sous sa terre, une grotte ornée, la grotte de Bernifal. Dans cet environnement magnifique, c'est lui le soleil qui va se promener de la ferme à la grotte et vice-versa. C'est lui que je voulais faire connaître aux gens parce que je trouve qu'il transporte par son intelligence de la vie un vrai message de bonheur et d'espoir dont on a tous besoin" explique Sophie Cattoire.

La réalisatrice raconte : "quand on est connecté à nos lointains ancêtres, on se sent heureux, apaisé, fier. Trois millions d'années sur terre et tellement de belles choses accomplies ! Et puis en même temps, quand il y a le gardien de ce lieu qui a réussi, lui et sa famille, à préserver l'endroit et à le garder tel que les artistes du magdalénien, il y a 20.000 ans, l'ont découvert et gardé, ben là l'émotion est énorme. Parce que le lieu, quand on y pénètre, c'est comme si l'on croisait l'un des artistes qui l'a peint, et que le temps n'existe plus. La frontière est abolie avec cette préhistoire qui devient si proche". La réalisatrice confie également sa quête... "Je recherchais ce contact pour mon propre bonheur, en me disant que si moi j'avais beaucoup de plaisir, cela devrait pouvoir se transmettre".

Les trésors de cette grotte sont évoqués par Gilbert Pémendrant : "d'abord elle est naturelle, très complète, et elle n'a pas été modernisée. Elle se visite telle que les personnes l'ont découvertes en 1898. Il n'y a pas eu d'aménagements à l'intérieur... C'est le grand-père paternel qui a dit à l'abbé Breuil qu'il y avait la présence d'un trou dans le bois et que quand il faisait froid il montait de l'humidité et quand on jetait une pierre, cela sonnait le creux. Et donc il savait que dessous il y avait du vide... De plus en plus, on a de l'émotion en la visitant car on s'aperçoit que l'on a quelque chose qui est très rare." Ce film qui véhicule les images de sa grotte "ça fait plaisir" dit-il. "Je ne pensais pas que cela irait aussi loin".

Dans ce film, quelques problèmes profonds sont abordés. Notamment la loi sur l'archéologie préventive publiée en 2001 et dont le petit article 13 qui est passé complètement inaperçu et qui stipule que, dorénavant, tout vestige archéologique immobilier, grotte notamment, appartient à l'Etat. Bien sûr l'intention est noble côté protection, mais en même temps les propriétaires ne veulent plus découvrir de nouvelles grottes car ils ne seraient plus chez eux. La loi n'est pas rétroactive et ne concerne pas les découvertes avant 2001. Et Gilbert gardera-t-il ses terres ? Rien n'est sûr. Car ce paysan a bien du mal à vivre aujourd'hui de sa retraite et malgré les quelques vaches qu'il a gardées, après l'effondrement de la production du Veau Sous la Mère qui était sa spécialité. En attendant, il veille corps et âme à conserver l'authenticité de sa grotte en refusant par exemple d'y installer l'électricité et aime partager son univers avec le public. Dans le film, Gilbert Pémendrant prend volontiers le rôle de guide auprès d'un groupe de jeunes étudiants pour leur faire découvrir quelques unes des 130 peintures et gravures préhistoriques qui représentent des mammouths, des bisons, des aurochs, des bouquetins, et, chose très rare, un visage humain !

Le film présenté à Terrasson s'est prolongé par quelques diapositives sur les prix remportés dans les festivals et les coulisses de ces voyages. On voit par exemple le héros du film dans un train et la réalisatrice ajoute : "nous avons présenté le film à Amiens et Gilbert n'avait pas pris le train depuis 56 ans. En octobre, nous allons à Genève en avion et là c'est une première" dit-elle. Un débat a suivi avec la cinquantaine de personnes présentes et l'adjoint au maire Frédéric Gauthier . "Cela m'a bouleversé, il y a des passages qui sont prenants. Vous avez dit authentique et vérité et c'est vrai que ce documentaire respire ces deux mots" a-t-il souligné.

Sophie Cattoire, avec sa société de productions Ferrassie TV près du Bugue, a entrepris de "faire une collection de films pour voir la préhistoire de l'intérieur. De l'intérieur d'une grotte grâce à Gilbert, de l'intérieur d'un château, cela va être le prochain film, "Un Château Hanté par la Préhistoire", et ensuite ce sera de l'intérieur d'une fouille, à partir de laquelle on va pouvoir se poser les grandes questions qui animent les préhistoriens aujourd'hui... Et donc ce deuxième film va sortir le 13 octobre 2013 au Pôle International de la Préhistoire, puis des avant-premières auront lieu dans plusieurs salles". Ce sera le dimanche 20 octobre à 17 heures au Vox à Montignac et le dimanche 17 novembre 2013 à 17 heures au Cinéroc de Terrasson (voir www.albuga.info). Alain Rassat


TV. "Je suis partie 25 ans, j'ai travaillé dans plein d'endroits, et différents pays, mais j'avais gardé l'idée qu'il y avait ici quelque chose de très fort. Et quand je suis revenue, eh bien je l'ai cherché et retrouvé là" dit la réalisatrice Sophie Cattoire avec le sourire, et en regardant Gilbert Pémendrant, sur FR3 Périgords, ce 1er octobre. "Le Dernier Paysan Préhistorien" est le titre de ce film documentaire qu'elle a consacré à ce paysan périgourdin propriétaire de la grotte de Bernifal à Meyrals. "Il aura fallu six mois pour convaincre Gilbert et cinq ans de travail pour aboutir à ce film, récompensé dans plusieurs festivals dont l'un aux Etats-Unis"... "Grâce au travail de Sophie, Gilbert et l'oeuvre de sa vie, la grotte de Bernifal, sont désormais connus dans le monde entier".

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

NOS PARTENAIRES :
Communauté de Communes du Terrassonnais en Périgord noir-Thenon-Hautefort ; Terrasson-Lavilledieu ; Montignac ; Pazayac ; Beauregard-de-Terrasson ; Badefols d'Ans ; Condat-sur-Vézère ; La Bachellerie ; Le Lardin-Saint-Lazare  ; Saint-Rabier ; Thenon ; Peyrignac ; Cublac ; La Feuillade ; Chavagnac ; La Cassagne ; Châtres ; Coly ; Grèzes ; Aubas ; Villac ; Azerat ; Ladornac ; Tourtoirac
Conseil Départemental Dordogne