Terrasson - Tourisme: Office de Tourisme Vézère-Périgord noir : un nouveau site internet - Mercredi, 12 Décembre 2018 18:32
Terrasson - Education/Jeunesse: Les lycéens de Terrasson manifestent dans le calme - Mardi, 11 Décembre 2018 09:33
Terrasson - Société: "Patrimoine immobilier" a changé de rue - Lundi, 10 Décembre 2018 18:24
Terrasson - Education/Jeunesse: Le lycée de Terrasson ouvert sur l'Europe - Mardi, 11 Décembre 2018 00:00
Montignac - Sport: Handball, de belles victoires pour le HBCVV avant la trève - Lundi, 10 Décembre 2018 09:58

15
Nov
2018

Un communiqué de LREM (En Marche)

PDFImprimerEnvoyer

Terrasson - Société

(3 votes, moyenne 2.33 sur 5)

Le 15 novembre 2018. Un communiqué de Jacqueline Dubois, députée LREM de la 4e circonscription de la Dordogne (Terrasson-Sarlat) :

"Quelles avancées sociales pour vous en 2019 ? 

Le budget 2019 de la Sécurité sociale est actuellement en débat au Parlement. Cette année comme l’an dernier, deux logiques guident les choix du gouvernement et de la majorité : favoriser l’emploi et ne laisser personne sur le bord du chemin. L’ambition est claire : tout faire pour que le travail paye, qu’il émancipe et qu’il protège car il constitue la meilleure des protections sociales, et garantit la solidité de notre système de santé et de retraites. Comme il est tout aussi prioritaire de protéger efficacement ceux qui sont les plus fragiles, et les plus éloignés de l’emploi, le budget va conforter les aides et les services qui font vraiment la différence au quotidien et qui répondent aux besoins :

- Suppression des charges salariales sur les heures supplémentaires, soit 11% de plus par heure travaillée. Cela peut représenter un gain de 200€/an pour un salarié au SMIC.

- Crédit d’impôtssur les services à la personne pourle remboursement de plus de 2 milliards d’aide à la personne aux retraités modestes.

- Création d’une complémentaire santé pour moins de 1€/jour. Elle est destinée aux 3 millions de personnes qui touchent moins de 1000€/mois. Pour un couple de retraités modestes, ce sera une économie de 600€/an. Pour une famille monoparentale avec 3 enfants, le gain de pouvoir d’achat sera de 700 €/an.

- Des prestations sociales augmentées, et pour tout le monde : allocations familiales, de solidarité ou pensions de retraites. Pour le minimum vieillesse (ASPA), une augmentation de 30€ en janvier 2019 après celle de 35€ en mai 2018, pour atteindre 903 € par mois en 2020 pour une personne seule, et 1.402 € pour un couple.

- L’allocation adulte handicapé gagnera 40 €/mois en 2019 après une hausse de 50 €/mois en novembre 2018.

- Le congé maternité des travailleuses indépendantes et des exploitantes agricoles sera prolongé et porté désormais à 8 semaines d’arrêt minimal. Droit à un congé paternité pour les pères d’enfants hospitalisés dès la naissance. Pour les familles ayant un enfant en situation de handicap, le complément de mode de garde augmente de 140 €/mois. Et pour toutes les familles accompagnées d’un assistant maternel, le complément de mode de garde à taux plein est prolongé jusqu’à l’entrée à l’école maternelle, et non plus en fonction de l’âge soit une aide de 234 €/mois.

Le « zéro reste à charge » sur les lunettes, les soins dentaires et les appareils auditifs, promesse d’Emmanuel Macron, sera mis en œuvre en 3 fois et cela n’occasionnera pas d’augmentation des tarifs des complémentaires santé parce que l’assurance maladie va prendre en charge les trois quarts des dépenses générées par ce « 100% Santé »... Dès l’an prochain, le coût d’un appareil auditif sera diminué de 200 euros.

Poursuite de la baisse de la taxe d’habitation. Diminuée de 30% en 2018, elle sera à nouveau réduite de 35% l’an prochain. Quant au chèque énergie, il passera de 150 € à 200 € et concernera davantage de foyers, notamment les personnes imposables mais disposants de faibles revenus. Ces mesures sont la marque d’une constance dans l’action du gouvernement et de la majorité en faveur de l’émancipation et l’accompagnement des plus fragiles, un engagement concret que l’on retrouve aussi dans les nombreuses mesures du Plan pauvreté".

- Photo d'archives : Jacqueline Dubois, députée de la Dordogne

Le 13 septembre 2017. Chrystelle Gardette, référente de LREM (La République en Marche) en Dordogne, nous adresse ce communiqué :

"Transformons la France et débloquons l’emploi".

"Avec plus de 6 millions de chômeurs, toutes catégories confondues, personne ne peut prétendre que le fonctionnement de notre économie soit satisfaisant. En Dordogne, nous avons le taux de chômage le plus élevé de la Nouvelle-Aquitaine et la plus forte progression du chômage entre 2008 et 2014. Oui, il faut réformer le droit du travail, fluidifier et réellement sécuriser les parcours des salariés, simplifier le quotidien des entreprises".

"C’est un des engagements forts du Président de La République. C’est une promesse qui est tenue avec la loi de renforcement du dialogue social. Avec les dispositions de cette loi, essentiellement destinée aux petites et moyennes entreprises créatrices d’emplois : les représentants du personnel et les employeurs vont pouvoir décider ensemble des règles de la vie quotidienne de leur entreprise ; la création d’une seule instance au sein de l’entreprise rendra plus lisible la représentation syndicale ; les représentants, mieux formés, pourront pleinement jouer leur rôle d’animation du dialogue social ; les entreprises pourront recourir plus facilement au télétravail et des CDI de chantier seront créés dans de nouveaux secteurs économiques ; les indemnités vont être augmentées de 25% dès maintenant et le barème obligatoire aux prud’hommes va sécuriser les salariés et les employeurs ; dans les entreprises de moins de 50 salariés, un élu du personnel pourra désormais négocier sur tous les sujets ; dans les entreprises de moins de 20 salariés, la possibilité est offerte de négocier avec tous les salariés".

"La Dordogne va bénéficier à plein de ces nouvelles règles, car notre tissu économique est d’abord constitué de TPE et de PME. Dans notre département, 70% des entreprises n’ont pas de salariés, et 25% en ont moins de 10. Cette loi est le premier acte d’une lutte contre le chômage de masse. En poursuivant cette méthode de concertation, la majorité présidentielle va faire en sorte que le travail paie mieux, en diminuant le montant des cotisations sociales payées par tous les travailleurs. Dès 2018, les salariés au SMIC percevront 258 euros nets de plus par an. La protection chômage deviendra universelle, offrant ainsi de nouveaux droits aux agriculteurs, artisans, commerçants, entrepreneurs, indépendants... Ensuite, 15 milliards d’euros vont être engagés pour la formation professionnelle et l’apprentissage et en particuliers chez les jeunes et les plus éloignés de l’emploi. Là encore, notre département est en première ligne, car en Dordogne plus de 13.000 personnes perçoivent le revenu minimum. Enfin, le système de retraite sera plus juste : les règles du calcul des pensions seront les mêmes pour tous".

"La République En Marche Dordogne se félicite, tant de la méthode de concertation que du texte de loi. Il s'agit d'une première étape qui permettra de transformer durablement la France et de débloquer l'emploi".

Communiqué de LREM

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

NOS PARTENAIRES :
Communauté de Communes du Terrassonnais en Périgord noir-Thenon-Hautefort ; Terrasson-Lavilledieu ; Montignac ; Pazayac ; Beauregard-de-Terrasson ; Badefols d'Ans ; Condat-sur-Vézère ; La Bachellerie ; Le Lardin-Saint-Lazare  ; Saint-Rabier ; Thenon ; Peyrignac ; Cublac ; La Feuillade ; Chavagnac ; La Cassagne ; Châtres ; Coly ; Grèzes ; Aubas ; Villac ; Azerat ; Ladornac ; Tourtoirac
Conseil Départemental Dordogne