Terrasson - Education/Jeunesse: Terrasson. La remise du Brevet des collèges - Vendredi, 19 Octobre 2018 21:24
Terrasson - Société: L'avenir des Papeteries de Condat est en jeu - Vendredi, 19 Octobre 2018 20:23
Terrasson - Société: L'Europe au coeur d'un débat - Mercredi, 17 Octobre 2018 00:00
Terrasson - Société: Protection civile : 1ère formation aux gestes qui sauvent - Vendredi, 19 Octobre 2018 08:12
Terrasson - Société: Lions club : un chèque à 3 associations du Terrassonnais - Vendredi, 19 Octobre 2018 00:00

08
Fév
2018

By Heart à l'Imagiscène, un manifeste politico-poétique très percutant

PDFImprimerEnvoyer

Terrasson - Loisirs/Culture

(1 vote, moyenne 5.00 sur 5)

Devant une salle comble, au point de refuser des entrées, By Heart a fait partager au public, mardi soir 7 février 2018, dans la salle du Centre culturel de Terrasson, un spectacle d'une grande force, peut-être difficile pour certains des nombreux élèves de première du Lycée de Terrasson présents, mais qui, à coup sûr, marquera les esprits. Avec une intense présence, pleine de spontanéité, d'humour et de sensibilité, Tiago Rodrigues, directeur artistique du Théâtre national de Lisbonne, à la fois écrivain et acteur, a entraîné son public sur les chemins d'une réflexion très originale et quelque peu iconoclaste.

En effet, dans son propos comme dans  sa méthode, la prestation de Tiago Rodrigues met en question et renverse le rapport d'extériorité que nous avons cultivé à la fois à l'égard du théâtre et à l'égard des oeuvres littéraires, quelque soit leur support d'édition, numérique ou papier. Qui, lorsqu'il va au théâtre s'attend à une autre place que celle de spectateur? Et qui, aujourd'hui se rappelle que le lieu d'existence le plus sûr pour une oeuvre est la mémoire, vrai gardien de sa vie, de sa puissance et de son sens, lorsqu'elle prend corps en soi, connue et formulée "par coeur"?

Après avoir invité dix personnes du public à s'asseoir sur les dix chaises, toutes différentes, rangées en un large arc de cercle autour de lui sur scène, Tiago Rodriguès  construit, de citations en citations, un  manifeste  poétique autant que politique, très inspiré de la pensée du "maître à lire" Georges Steiner. Car ces dix personnes vont concrètement apprendre par coeur quelques vers du sonnet 30 de Shakespeare, en référence à une scène vraie de la vie de Boris Pasternak citée par G.Steiner.

En plein Congrès soviétique des écrivains de 1937, devant les autorités qui allaient l'arrêter jugeant ses poèmes trop étrangers à "la réalité socialiste",  Pasternak s'est levé au lieu de se taire, et a simplement dit le chiffre "30". Alors, d'une seule voix, deux mille personnes debout se sont mises à réciter le sonnet 30 de Shakespeare qu'ils avaient tous appris en russe, dans la traduction de Pasternak. Cet acte prodigieux qui a eu la puissance de stopper à ce moment là le processus d'arrestation de cet immense auteur "voulait tout dire". Pour Georges Steiner : "Ça voulait dire : "Vous ne pouvez pas nous toucher, vous ne pouvez pas détruire la langue russe, vous ne pouvez pas détruire Shakespeare."

Bouleversé et dit-il "obsédé" même par la conférence de Georges Steiner sur "La Beauté et la Consolation", suivie en anglais sur internet, Tiago Rodrigues  enchevêtre les citations de textes et d'histoires vraies comme celle de Nadejda Mandelstam,  femme d'Ossip Mandelstam, poète russe persécuté et exilé qui fut arrêté pendant les Grandes Purges de 1938, et condamné à cinq ans de travaux forcés où il endura tant de privations et d'humiliations qu'il mourut de faim et de froid, en voyage pour un camp de transit aux portes de la Kolyma...Nadejda, en ultime résistance réunit dix personnes et chacune dix autres...pour apprendre par cœur les poèmes de son mari. Cet acte, plus puissant que toutes les violences subies,  était la seule arme qui puisse vaincre la réduction au silence voulue par l'oppression stalinienne, pourtant nous sommes bien nombreux à l'ignorer aujourd'hui...En faisant revivre un instant aussi le film de Truffaut  à partir du roman de Ray Bradbury Farenheit 451, c'est par le biais de la fiction que l'auteur-acteur travaille dans ce spectacle la question des livres,  de leur essentielle valeur, quand, niée par un totalitaire interdit de lecture, elle est finalement découverte par Montag, le pompier pyromane zélé, qui accomplissait avec sa brigade l'ordre de brûler tous les livres... Plus intimement, à l'origine même de "By Heart", Tiego Rodrigues  porte et nous fait partager ce qu'a suscité en lui l'histoire vraie de sa propre grand-mère portugaise, Candida, insatiable lectrice, devenant aveugle à 93 ans, et qui  a demandé à son petit-fils de lui choisir un livre à apprendre par coeur avant de perdre la vue et la vie...Le sonnet de Shakespeare faisait partie du recueil qu'il lui a finalement donné et qu'elle n'a pu finir d'apprendre...Il en fut distribué une copie à chacun et chacune en sortie de salle.

On l'aura compris, ce spectacle inattendu où une partie du public s'est retrouvée en scène pour apprendre, par de laborieuses répétitions, un sonnet de Shakespeare, est un spectacle à vivre et à entendre plus qu'à voir. Il faut le garder en soi,  le temps qu'en germent des ramifications nouvelles qui nous transforment au coeur, à défaut d'obtenir que nous puissions être, comme le "peloton sonnet 30 de Shakespeare", de vrais gardiens accomplis du verbe vivant...! S.D.

- Photo 2 : la rencontre après spectacle avec l'artiste

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

NOS PARTENAIRES :
Communauté de Communes du Terrassonnais en Périgord noir-Thenon-Hautefort ; Terrasson-Lavilledieu ; Montignac ; Pazayac ; Beauregard-de-Terrasson ; Badefols d'Ans ; Condat-sur-Vézère ; La Bachellerie ; Le Lardin-Saint-Lazare  ; Saint-Rabier ; Thenon ; Peyrignac ; Cublac ; La Feuillade ; Chavagnac ; La Cassagne ; Châtres ; Coly ; Grèzes ; Aubas ; Villac ; Azerat ; Ladornac ; Tourtoirac
Conseil Départemental Dordogne