Terrasson - Loisirs/Culture: Du théâtre à Sauveboeuf ce mardi - Lundi, 20 Août 2018 13:45
Terrasson - Loisirs/Culture: Peyrignac en fête les 25 et 26 août - Lundi, 20 Août 2018 00:00
Montignac - Loisirs/Culture: 8e nuit du Court-métrage le 24 août à Montignac - Lundi, 20 Août 2018 00:00
Terrasson - Loisirs/Culture: Le marché festif de Châtres - Mercredi, 01 Août 2018 00:00
Montignac - Loisirs/Culture: Più di Voce : Contes d'Hoffmann à St-Léon, époustouflant - Jeudi, 02 Août 2018 08:13

10
Jun
2018

Mare Nostrum, matrice de quelle histoire des hommes aujourd'hui?

PDFImprimerEnvoyer

Terrasson - Loisirs/Culture

(2 votes, moyenne 5.00 sur 5)

Ils sont une trentaine d'élèves en scène, et par eux, le lycée de Terrasson témoigne du formidable engagement de son atelier théâtre, envers et contre toutes les difficultés matérielles qui l'ont, il y a peu de temps, menacé d'extinction, et nécessitent toujours de lutter pour défendre son avenir... Avec pour chef d'orchestre le metteur en scène Fabien Bassot, et de fidèles guides en relais : Amandine Lafon, documentaliste, et leurs professeurs Nicolas Batteau et Jean-Pierre Brignon, l'atelier théâtre non seulement existe haut et fort, mais il travaille à penser notre temps : ici l'inextricable et honteuse situation de ce que l'on appelle en politique "le problème des migrants"...

Comment confronter les discours des uns et le vécu des autres, sans tomber dans la schizophrénie médiatique où ils sont toujours séparés? Comment donner sa place, ses mots, son coeur battant à cette réalité inhumaine au creux même de la mer qui a enfanté l'histoire humaine, pour la prendre en soi, et rendre possible depuis le chaos du présent, la gestation d'une autre Europe, d'un autre monde ? C'est sans doute l'interrogation profonde qui a suscité ce spectacle et dirigé le travail des lycéens ainsi que tous les choix de mise en scène, dont le grand pan de papier blanc allant du sol, sous les pieds des acteurs, jusqu'à l'intégralité du fond de scène, et qui semble, à l'image de la mer ancienne toujours renouvelée, venir nous inviter à écrire une autre histoire, redonnant force et sens aux droits de l'homme déjà anciens et si souvent piétinés...

Mais cette mer est un tombeau et l'histoire humaine, jonchée de drames inouïs, de monceaux de cadavres, va-t-elle continuer d'être sourde et de traiter les hommes comme des papiers ou des choses ?  Nous ne saurions résumer ce que ce spectacle vient dire, parfois en coup de poing, parfois dans l'ironie ou le cynisme, avec humour ou gravité, du coeur de l'intime à la plus impénétrable froideur administrative, du mensonge à soi aux compromis avec lesquels on s'arrange... La mise en scène et le jeu des acteurs rendent présent et profondément sensible le désarroi  terrible de ces hommes, femmes et enfants partis en quête d'un lieu où vivre, qui s'agglutinent sur scène en une embarcation de fortune ayant déjà tout perdu jusqu'à devoir parfois perdre encore la vie... Le rythme des 23 tableaux du spectacle fait jouer les contrastes, et l'on reçoit avec eux en pleine figure l'absurdité et la violence de la réception de ces hommes à Lampedusa par exemple, sous le nom vide de "procédure d'accueil"...

L'armoire sans fond sur scène où ils sont entassés et d'où ils sortent, est une idée de génie, non seulement au niveau scénique, mais aussi pour ce qu'elle contient au niveau symbolique... Et, ce qui est très fort, c'est  comment  la perte d'orientation et d'espoir de ces migrants s'échange, et nous révèle devant la mer comme miroir de nos histoires, que nous sommes tous migrants, que notre humanité se cherche et se perd indéfiniment à ne pas savoir se répondre... Entre la puissance des textes (dont la Déclaration des poètes de Patrick Chamoiseau et celui sur la confusion de l'Europe, tiré de Je suis Fassbinder de Falk Richter, pour ne citer qu'eux), et celle des témoignages de jeunes afghans accueillis l'an dernier au Chambon à Montignac, c'est un spectacle ultra percutant, dont on aimerait qu'il tourne beaucoup en France et ailleurs... Malheureusement il est voué à disparaître après sa troisième représentation, parce que le bac est lui aussi une porte à passer qui demande de perdre le creuset du lycée et l'unité de cette troupe. Il restera en eux, en nous c'est sûr, de profondes traces de ce fabuleux travail, de grande qualité humaine et artistique, nous faisons "chapeau bas" à ces merveilleux jeunes gens, et leur souhaitons bonne route ! S.D.

- Article annonce du spectacle, il reste encore quelques places pour ce samedi soir



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

NOS PARTENAIRES :
Communauté de Communes du Terrassonnais en Périgord noir-Thenon-Hautefort ; Terrasson-Lavilledieu ; Montignac ; Pazayac ; Beauregard-de-Terrasson ; Badefols d'Ans ; Condat-sur-Vézère ; La Bachellerie ; Le Lardin-Saint-Lazare  ; Saint-Rabier ; Thenon ; Peyrignac ; Cublac ; La Feuillade ; Chavagnac ; La Cassagne ; Châtres ; Coly ; Grèzes ; Aubas ; Villac ; Azerat ; Ladornac ; Tourtoirac
Conseil Départemental Dordogne