Terrasson - Loisirs/Culture: Le harcèlement, thème du prochain débat de l'ARES - Vendredi, 18 Janvier 2019 10:19
Terrasson - Infos municipales: Médiathèque : prise de fonction de la nouvelle bibliothécaire - Mercredi, 16 Janvier 2019 17:09
Terrasson - Loisirs/Culture: L'Ensemble Vocal de Terrasson remet un don au Téléthon - Mardi, 15 Janvier 2019 19:50
Terrasson - Sport: Judo-club : de bons résultats chez les jeunes - Lundi, 14 Janvier 2019 21:53
Montignac - Infos municipales: Montignac : le maire ouvre le débat national - Mardi, 15 Janvier 2019 00:00

Hautefort : la disparition de Thomas Kesy

PDFImprimerEnvoyer

Hautefort Thenon - Société

(0 votes, moyenne 0 sur 5)

Résident depuis début 2018 à la maison de retraite de Hautefort, Thomas Kesy nous a quittés dans l’après-midi du vendredi 11 octobre, dans sa cent unième année. Lors de son 100e anniversaire, Thomas avait été reçu, en présence de sa famille, par Yves Moreau, le maire, ainsi que des membres de son conseil municipal à l’Hôtel de ville le samedi 23 décembre 2017.

Thomas Kesy est né en Pologne le 21 décembre 1917, Thomas a vécu avec son père, sa mère, son frère et ses trois sœurs dans une ferme. Durant cette période, il vendait les produits de maraîchage sur les marchés d'alentour en même temps qu’il fréquentait l’école. Le 14 juillet 1937, il est arrivé à Boisseuilh à la ferme du Dallon pendant quelques temps mais en est reparti, n’étant pas rémunéré, pour rejoindre son oncle Maranda à la ferme de Joffrenie où il y est resté environ 10 mois. Il est ensuite parti à Ribérac à la ferme de Vanxain pour y travailler avec une paire de chevaux. De Ribérac, il est mobilisé le 10 octobre 1939 dans l’armée polonaise de France et fait prisonnier à Montbéliard en juin 1940. Les Allemands l’ont conduit en Autriche dans le Tyrol où il a travaillé en tant que prisonnier.

Libéré le 5 mai 1945, il est revenu à  Hautefort, environ quelques semaines dans la ferme de la Genèbre, chez son oncle Maranda. Après avoir repris quelques forces, il part en région parisienne à Brétigny où il retrouve des compagnons de guerre qu’il a fréquentés. En 1946, il fait la connaissance de Jeanine dans un café avec des copains alors qu’il jouait aux cartes. Il s'est marié cette même année et de cette union sont nés deux fils, Romane et Jimmy. Thomas à trois petits-enfants, Sophie, Nathalie et Sébastien. Puis la famille s’est agrandie puisqu’il a cinq arrières petits-enfants : Aurélien, Floriane, Yanis, Nathan et Timéo. Thomas a travaillé dans trois fonderies, la première à la Fonderie Guillet à Brétigny pendant 7 ans (c’est là qu’il a commencé à construire lui-même sa maison à la Bretonnière), la deuxième à la Fonderie de Juvisy et la troisième boulevard de Charonne à Paris, pour terminer sa carrière dans une cimenterie du chantier moderne à Bétigny pendant 18 ans et demi où il a obtenu la médaille du travail. Son épouse étant décédée en avril 1977, Thomas revient à Hautefort, où il avait des attaches, aux alentours de 1980 pour vivre avec Edwige de longues et heureuses années.

En 2013, suite à la tempête, il était sur la toiture de sa maison car il trouvait que le couvreur ne venait pas assez vite, pour la réparer. Thomas aura connu le siècle d'évolution technologique et technique en passant par l'arrivée de électroménager. Ses obsèques religieuses ont eu lieu, mardi 16 octobre, en l’église de Hautefort suivi de son inhumation au cimetière de Saint-Agnan.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

NOS PARTENAIRES :
Communauté de Communes du Terrassonnais en Périgord noir-Thenon-Hautefort ; Terrasson-Lavilledieu ; Montignac ; Pazayac ; Beauregard-de-Terrasson ; Badefols d'Ans ; Condat-sur-Vézère ; La Bachellerie ; Le Lardin-Saint-Lazare  ; Saint-Rabier ; Thenon ; Peyrignac ; Cublac ; La Feuillade ; Chavagnac ; La Cassagne ; Châtres ; Coly ; Grèzes ; Aubas ; Villac ; Azerat ; Ladornac ; Tourtoirac
Conseil Départemental Dordogne