Montignac - Loisirs/Culture: Le Noël de la Nuit des Sorcières à Coly-St Amand - Mardi, 30 Novembre 2021 00:00
Terrasson - Société: Fil d'Actu Déc. 2021 Ewanews - Vendredi, 03 Décembre 2021 00:00
Terrasson - Société: Pazayac : Andrée Manévy est décédée - Mardi, 30 Novembre 2021 10:51
Montignac - Loisirs/Culture: "Trucs e trucons" à Montignac le 11 décembre - Mardi, 30 Novembre 2021 10:42
Terrasson - Loisirs/Culture: Hatice Ozer sur scène avec son père - Mardi, 30 Novembre 2021 00:00

22
Nov
2021

Le 12e Festival DocumenTerre

PDFImprimerEnvoyer

Montignac - Loisirs/Culture

(1 vote, moyenne 3.00 sur 5)

A l'affiche ce dimanche 21 novembre au Ciné Vox de Montignac, dans le cadre du festival DocumenTerre... Un ciné p’tit déj’ à 10h : Amérique du Sud avec le film "Pachamama" ; à 14h : Amérique du Nord « Warrior Women » d'Elizabeth Castle, Christina D. King ; à 16h30 : Amazonie « Indiens d’Amazonie : le dernier combat » de Laurent Richard ;  à 18h30 : Mongoli "Taïga", réalisé par Hamid Sardar ; à 21h30 la remise du prix du Public  et l'avant-première du documentaire « Animal » de Cyril Dion...


L'un des souhaits du festival DocumenTerre est de "montrer encore plus les actions concrètes positives des hommes et des femmes qui agissent pour la défense de l'environnement", selon Marie-Hélène Saller, la présidente. Le festival du film DocumenTerre de Montignac poursuit sa route : c'est la 12e édition, du vendredi 19 au dimanche 21 novembre 2021. Le thème est cette année : "les peuples autochtones", un thème qui avait été annulé l'an passé à cause du Covid. Pour la présidente, "ces peuples sont les premiers gardiens de la nature, par leur savoir-faire, leur vie en harmonie avec la nature, par leur comportement pas du tout prédateur comme nous. Ils nous appellent les peuples de la marchandise et c'est vrai que l'on est dans la destruction, la prédation, la surconsommation, dans des modes de production qui détruisent. On a beaucoup à apprendre d'eux et c'est ça la grande découverte de ce festival".

--- Interview audio 1ère partie de la présidente du Festival sur le thème et sur le programme de vendredi et samedi (8 mn) ;

--- Interview audio 2ème partie de la présidente du Festival sur le programme de dimanche et pour les réservations (8mn) ;

La soirée d'Ouverture du Festival DocumenTerre a lieu ce vendredi 19 novembre à 20h30, au cinéma Vox de Montignac-Lascaux. Le Festival se déroule sur trois jours... Réservations sur festivaldocumenterre.blogspot.com

Le programme détaillé de la 12e édition « Peuples autochtones » :

VENDREDI 19 NOVEMBRE :

10H00 Ecole élémentaire Ile Maori

« Paï, l’élue d’un peuple nouveau », de Nicki Caro, 2003 réédité en 2019, 1h 40. Les habitants de ce village maori se réclament tous du même ancêtre : Paikea, le légendaire Whale Rider qui y débarqua mille ans plus tôt, juché sur le dos d'une baleine. A chaque nouvelle génération, un descendant mâle du chef reçoit ce titre qui fait de lui le leader et le gardien spirituel de sa petite communauté. A douze ans, Paï, petite-fille du chef Koro, est une adolescente douée, sensible et volontaire. Depuis la mort de son frère, elle est aussi la seule à pouvoir assurer le rôle "viril", si prestigieux. Mais Koro, gardien d'une tradition millénaire, refuse de voir en Paï son héritière : aucune fille n'a jamais été et ne sera jamais Whale Rider...

13H30 Collège Canada

« Cheval indien » de  Stephen S. Campanelli, 1H41, 2018, Distribution : Ajuawak Kapashesit, Forrest Goodluck, Producteurs : Clint Eastwood, Paula Devonshire, Christine Haebler, Tris Dolman. Elevation Pictures, Canada. A la fin des années 50, en Ontario, le jeune Saul Indian horse est arraché à sa famille et forcé de rejoindre un pensionnat catholique. Dans cet environnement oppressif, Saul se voit refuser la liberté de parler sa langue ou d'embrasser son héritage autochtone. L'enfant trouve son salut dans le sport préféré des Canadiens, le hockey. Il développera d'ailleurs des aptitudes uniques et rares pour ce sport de glace. Son talent lui permettra de quitter la misère pour intégrer une ligue autochtone du Nord de l'Ontario et, éventuellement une équipe professionnelle. Intervenante : Sophie Gergaud, ethnologue, spécialisée dans les cultures amérindiennes.

20H30 Soirée d’ouverture Afrique

« Tchad, espoir de vie » de Gil Kébaïli, 2011, 1H11, Eau Sea Bleu Productions, Ushuaïa Nature (avec Hidou Oumarou Ibrahim, Laurent Ballesta, Michel Brunet). Aux origines du climat, dans les immensités du plus méconnu des déserts, le Sahara Tchadien… Les équipes d'Ushuaïa Nature partent à la recherche du premier des hommes : il a 7 millions d'années, il s'appelle  Toumai, espoir de vie dans la langue des nomades... Son crâne repose quelque part dans les sables... Avec cette découverte, les racines de l'humanité vont plonger brutalement deux fois plus loin dans le temps. Avec Toumai, c'est tout le scénario de nos origines qui est révolutionné... Mais pas seulement : notre ancêtre vivait dans monde luxuriant, une mosaïque de forêts, lacs, savanes ; c'est devenu un désert… Toumai raconte aussi cette histoire-là : celle des changements climatiques. Nulle part ils n'ont été aussi radicaux, transformant le Sahara vert en désert quasi-absolu. Comment s'est fait ce changement ? Quelles sont les preuves, les traces dans le Sahara d'aujourd'hui de cette incroyable métamorphose ? Quel impact a-t-il eu sur le monde vivant ? Comment les hommes ont-ils répondu à ces bouleversements en faisant preuve d'une incroyable invention, pour survivre, jusqu'à aujourd'hui, dans le Sahara ultime ? “90 minutes d’éblouissement pur devant les splendeurs du désert Tchadien"… Nicolas Hulot semble d’ailleurs gagné par une touchante humilité devant ce Sahara qui fut le théâtre des origines de l’homme.” Télérama. Intervenante : Hindou Oumarou Ibrahim (sous réserve), Valérie Cabanes, juriste en droit international, défense des droits des peuples autochtones et des droits de la nature (écocide), Chris REIJ, géographe, spécialiste de la gestion durable des ressources naturelles, Marion Veber, Responsable des Programmes, Fondation Danielle Mitterand « France Libertés ». Séance de dédicaces des ouvrages de Valérie Cabanes, Sophie Gergaud, Irène Bellier, Hamid Sardar, Cyril Dion.

Samedi 20 NOVEMBRE :

10H30 : Amérique du Nord

« RUMBLE, le Rock des Indiens d’Amérique » de Catherine Bainbridge, Alfonso Maiorana, 1 heure 42 minutes, 2017. Ce film documentaire explore un chapitre profond, essentiel et jusqu'à présent méconnu de l'histoire de la musique américaine : son influence autochtone. A travers le portrait d'icônes de la musique telles que Charley Patton, Mildred Bailey, Link Wray, Buffy Sainte-Marie, Jimi Hendrix, Jesse Ed Davis, Robbie Robertson, Redbone, Randy Castillo ou encore Taboo, RUMBLE montre à quel point ces talentueux musiciens autochtones ont contribué à façonner les bandes-originales de nos vies. RUMBLE raconte des histoires peu connues, mêlant séquences d'animation au rythme enjoué et scènes de concerts live, en passant par des images d'archives et des interviews. Les portraits de ces icônes autochtones nous sont contés par quelques unes des plus grandes légendes américaines de la musique qui les ont côtoyées, qui ont joué avec elles ou qui s'en sont inspirées : tous, de Buddy Guy, Quincy Jones, Tony Bennett à Iggy Pop, en passant par Steven Tyler et Stevie Van Zandt, reconnaissent cet héritage. La musique populaire et l’histoire du rock and roll en soi-même ne sera pas la même sans la contribution des Amérindiens. Intervenante : Sophie Gergaud (consultante sur le film), ethnologue spécialisée dans les cultures amérindiennes.

14H30 : Asie

« Le cas Bornéo » de Erik Pauser, Dylan Williams, 2017, 78 min, AMP Films. Stockholm Suède, Allemagne, Norvège. 2019 :  Greenpeace Film Festival  - Paris (France) - Sélection. 2018 :  Festival MAPLANET(e)  - Metz (France) - Sélection officielle long-métrages. 2016 :  IDFA - International Documentary Festival Amsterdam  - Amsterdam (Pays-Bas) - Sélection officielle. Le documentaire traite de l’héritage de Bruno Manser car, même 15 ans après sa mystérieuse disparition sur l’ile de Bornéo (Asie du Sud Est), ses préoccupations sont toujours d’une brûlante actualité. Le film montre comment Lukas Straumann, Mutang Urud et la journaliste Clare Rewcastle regroupent leurs forces pour lutter contre les défrichages. Au cours de leurs recherches, ils tombent sur un réseau de corruption s’étendant de l’élite dirigeante malaisienne jusqu’aux banques suisses. Un engagement opiniâtre et l’emploi de méthodes non conventionnelles autorise au groupe de faire tomber un adversaire puissant. Une équipe cinématographique suédoise a suivi le petit groupe d’enquêteurs durant cinq années et documenté la situation de plus en plus délicate. Intervenants : Chris Reij, géographe, spécialiste de la gestion durable des ressources naturelles et Irène Bellier, anthropologue du politique, spécialiste du mouvement international des peuples autochtones.

17 h 30 : Scandinavie, cercle polaire

« J on face aux vents  » de Corto Fajal 2011 – 1H15 min - documentaire - Blue Hour Films. Caméra d'Or Festival de Graz (Autriche). Avec Jon, éleveur de rennes au dessus du cercle polaire, c'est un nomadisme étonnant que l'on découvre : vies traditionnelle et moderne se côtoient en quête d'un équilibre. Dans les somptueuses montagnes Scandinaves du Sarek, au rythme des transhumances, nous partageons avec lui le meilleur, mais aussi le pire, comme ce jour où la glace d'un lac craque sous les pas de milliers de rennes, noyant une partie du troupeau… Intervenants : Corto Fajal, Alexandra Lavrillier, chercheuse CNRS, spécialiste des peuples autochtones de l’Arctique et des rennes, a créé une école dans la taïga et Semen Gabyshev, autochtone Evenk (Sibérie), éleveur de rennes, expert des savoirs autochtones, co-chercheur avec Alexandra Lavrillier sur plusieurs projets scientifiques.

21h : GUYANE

« Le Dernier combat des capitaines de Guyane » , 52min , David Morvan, Erwan Le Guillermic, 2018,  Aligal Production. Piloté  par un consortium Canado-Russe, le projet Montagne d'Or prévoit en Guyane la plus grande mine à ciel ouvert jamais établi sur le sol de France. Mais au coeur de la forêt primaire, le projet se voit confronté  au début d'une opposition citoyenne. Les chefs coutumiers des villages  amérindiens, les “Capitaines”, sont poussés par la jeunesse à refuser de voir un jour la terre de leurs ancêtres ainsi maltraitée. Intervenants : deux représentants de la JAG (Jeunesse Autochtone de Guyane), Irène Bellier, anthropologue du politique, spécialiste du mouvement international des peuples autochtones, Edith Patrouilleau, co-fondatrice du Comité de solidarité avec les Indiens d’Amérique, s’est engagée en Guyane contre « La Montagne d’Or ». Séance de dédicaces des ouvrages de Valérie Cabanes, Sophie Gergaud, Irène Bellier, Hamid Sardar, Cyril Dion.

DIMANCHE 21 NOVEMBRE :

10h : Ciné P’tit Déj’ Amérique du Sud. Pachamama Film d'animation de Juan Antin (2018) France – Luxembourg, 1h10. Tepulpaï et Naïra, deux petits Indiens de la cordillère des Andes, mènent une existence heureuse dans leur village, protégé par la Pachamama, une statue en or. Mais, un jour, un notable inca dérobe l'idole et s'empare des récoltes du village. La situation est grave. Tepulpaï et Naïra se lancent alors dans une grande quête afin de retrouver la Pachamama. Ils peuvent compter sur l'aide de leurs amis animaux et notamment celle du grand condor. Après de nombreuses embûches, ils arrivent enfin à Cuzco, capitale royale sous la coupe des conquistadors espagnols.

14h : AMERIQUE DU NORD

« Warrior Women » de Elizabeth Castle, Christina D. King, 1H04, 2019. Lardux Film, USA OUI. De l’occupation de la prison d’Alcatraz en 1969 au combat contre le pipeline de Standing Rock en 2016, Warrior Women raconte la vie de Madonna Thunder Hawk, l’une des fondatrices de l’American Indian Movement. 50 ans de combats pour les droits des autochtones et pour la Terre menés par des femmes puissantes, courageuses et rebelles. Warrior Women explore la conjugaison singulière entre activisme politique et le fait d’être mère, et montre comment l’héritage militant se transmet et se transforme de génération en génération dans un contexte agressif, où le gouvernement colonial réprime violemment la résistance autochtone. Les peuples autochtones, premiers gardiens de la terre, qu’il devient urgent d’écouter. Intervenants: Edith Patrouilleau, co-fondatrice du Comité de solidarité avec les Indiens d’Amérique, Yvette  Running Collin, chercheuse amérindienne Lakota.

16h30 : AMAZONIE

« Indiens d’Amazonie : le dernier combat » de Laurent Richard, 2014, 52 min. Premières lignes. Proposé par Chris Reij. Sélection Deauville Green Awards, Prix de l’Impact au FIGRA 2016 (Festival International du Grand Reportage d’Actualité et de Documentaire de Société) décerné par Amnesty International France. Campagne de soutien de Survival International (ELISE LUCET) : tribu Awa la plus menacée du monde. Encerclés par les scieries clandestines, les Awas, une tribu d'Amazonie, n'auront bientôt plus de quoi manger, faute de gibier à chasser dans une forêt chaque jour un peu plus amputée. Ils semblent condamnés à disparaître silencieusement. Mais leur forêt déboisée dans l'indifférence générale concerne aussi l'Europe et la France. En effet, ce bois coupé illégalement finit parfois dans les meubles distribués par de grandes enseignes, ou dans les lames de parquet des appartements ou maisons. Ce film retrace l'histoire de cette petite tribu qui affronte avec peu de moyens un trafic international qui rapporte plus de 15 milliards de dollars par an. Intervenants : Fiore Longo, anthropologue, directrice de Survival International France, Irène Bellier, anthropologue du politique, spécialiste du mouvement international des peuples autochtones.

18h30 : MONGOLIE

"Taïga", réalisé par Hamid Sardar, un ethnologue réalisateur d’origine iranienne, multirécompensé et engagé pour la préservation de cultures et d’habitats menacés de disparition. 2014, 52 min, HD.  "Taïga" est un documentaire très émouvant qui livre le portrait d'un éleveur chasseur des dernières tribus nomades de Mongolie. L’économie en Mongolie est en plein développement, les valeurs ancestrales et les mentalités évoluent, engendrant de nouveaux rapports à la nature et aux animaux sauvages. Comme la plupart des nomades mongols, Purevjav est éleveur et chasseur. Il poursuit en particulier les loups qui s’attaquent à ses troupeaux. Tenté par l’argent facile, il décide de capturer quelques louveteaux dans leur tanière et de les élever pour les revendre. Mais le vieil homme prend conscience qu’il a violé la frontière sacrée qui sépare les hommes et la nature. Il va alors prendre une décision irrévocable. (FIPA d’Or, category Grand reportage, au Festival de Biarritz 2015 et Prix Spécial du Jury, Festival Objectif Aventure, Paris 2015). Intervenants : Alexandra Lavrillier, Maître de conférences en anthropologie sociale et culturelle, études sibériennes, CEARC (Université de Versailles saint quentin en Yvelines), Membre sénior de l'Institut Universitaire de France. Semen Gabyshev, autochtone Evenk (Sibérie), éleveur de rennes, expert des savoirs autochtones, co-chercheur avec Alaxandra Lavrillier sur plusieurs projets scientifiques au CEARC

21H30 : Remise du prix du Public

Avant-première : « Animal » de Cyril Dion, 1h45, Capa et Bright. Bella et Vipulan ont 16 ans, une génération persuadée que leur avenir est menacé. Changement climatique, 6ème extinction de masse des espèces... d’ici 50 ans leur monde pourrait devenir inhabitable. Ils ont beau alerter mais rien ne change vraiment. Alors ils décident de remonter à la source du problème : notre relation au monde vivant. Tout au long d'un extraordinaire voyage, ils vont comprendre que nous sommes profondément liés à toutes les autres espèces. Et qu'en les sauvant, nous nous sauverons aussi. L’être humain a cru qu’il pouvait se séparer de la nature, mais il est la nature. Il est, lui aussi, un Animal. Ce film fait partie de la section éphémère "Le cinéma pour le climat" du Festival de Cannes 2021.

Séance de dédicaces des ouvrages de Valérie Cabanes, Sophie Gergaud, Irène Bellier, Hamid Sardar, Cyril Dion.

--- Article du 25 octobre 2021 : « Nous, peuples de la terre » pour le 12e DocumenTerre. Le 12e Festival du Film DocumenTerre de Montignac se déroulera du 19 au 21 novembre au Cinéma Vox. Organisé par l'association CinéToile, cette édition aura pour titre « Nous, peuples de la terre » et abordera le thème « les peuples autochtones et leurs savoirs ancestraux respectueux de la préservation de la nature ». L'édition 2020 avait été annulée et c'est avec d'autant plus de plaisir que l'on va retrouver ce nouveau rendez-vous, dont la « marraine » devrait être Hindou Oumarou Ibrahim (*), géographe, militante écologiste et membre de la communauté peule Mbororo du Tchad.

Durant trois jours, la ville de Montignac sera rythmée par des projections suivies de débats avec les réalisateurs, des scientifiques, et des spécialistes de l'environnement. Chaque année, ce festival se propose de rapprocher l’Homme de la nature et tente d’agir à sa façon pour la sauvegarde des richesses de notre planète.

Il faut noter que les peuples autochtones ne représentent que 5 % de la population mondiale mais ils participent à la conservation de 80 % de la biodiversité planétaire. Ils rassemblent environ 370 à 500 millions de personnes, vivant dans plus de 70 pays. Leurs territoires sont hélas attaqués de toutes parts. Nombre d’entre eux souffrent encore de marginalisation, d’extrême pauvreté et autres violations des droits humains. Ces peuples résistent, s'organisent et luttent pour se faire entendre et demander le droit de vivre leur différence, le respect de leurs organisations sociales et la fin de l'exploitation ou de la surexploitation des ressources naturelles situées sur leurs territoires.

Les peuples autochtones sont les meilleurs gardiens de la nature. En défendant traditionnellement les ressources comme relevant d’un bien commun dont la gestion dépend du groupe entier et en refusant la marchandisation du vivant, ils nous alertent et doivent nous inspirer. Leur survie est essentielle pour la survie de notre planète...

(*) Hindou Oumarou Ibrahim se consacre notamment à la protection de tous les peuples autochtones, du Congo à l'Arctique. Elle soutient le rapprochement entre les savoirs traditionnels des peuples autochtones et la science afin de combattre le changement climatique et de protéger la biodiversité. Prix Danielle Mitterand en 2017. Reconnue par la BBC et TIME magazine comme l'une des 100 femmes leaders dans le changement climatique.

- Le Festival reçoit le soutien de la Municipalité de Montignac, du Conseil Départemental de la Dordogne, de la Communauté de Communes de la Vallée de l’Homme, de la fondation Danielle Mitterand France Libertés et de Cap Sciences Bordeaux...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

NOS PARTENAIRES :
Communauté de Communes du Terrassonnais en Périgord noir-Thenon-Hautefort ; Terrasson-Lavilledieu ; Montignac ; Pazayac ; Beauregard-de-Terrasson ; Badefols d'Ans ; Condat-sur-Vézère ; La Bachellerie ; Le Lardin-Saint-Lazare  ; Saint-Rabier ; Thenon ; Peyrignac ; Cublac ; La Feuillade ; Chavagnac ; La Cassagne ; Châtres ; Coly ; Grèzes ; Aubas ; Villac ; Azerat ; Ladornac ; Tourtoirac
Conseil Départemental Dordogne