Terrasson - Société: Téléthon : un appel aux associations et tricoteuses - Lundi, 13 Novembre 2017 10:21
Terrasson - Société: 11 Novembre : La Bachellerie rend hommage à Jacques Lafon - Dimanche, 12 Novembre 2017 18:58
Terrasson - Tourisme: De belles photos en terrassonnais : Peyrignac - Mercredi, 08 Novembre 2017 17:24
Montignac - Société: Saint Amand de Coly : une nouvelle carte communale à l'étude - Mercredi, 08 Novembre 2017 09:28
Terrasson - Loisirs/Culture: Jean Guionie expose à Terrasson - Jeudi, 02 Novembre 2017 00:00

29
Nov
2016

Lascaux : les professionnels du canton en visite

PDFImprimerEnvoyer

Montignac - Tourisme

(3 votes, moyenne 2.67 sur 5)

Lundi 28 novembre 2016, en fin de journée, le Centre International d'Art Pariétal, plus communément désigné sous le vocable Lascaux IV ou même Lascaux tout simplement, était présenté aux commerçants, artisans et tous les autres entrepreneurs de l'ancien canton de Montignac. 170 personnes avaient répondu à l'invitation... Le samedi précédent, les ouvriers et artistes qui ont fabriqué ce centre ont déjà été accueillis avec leur famille, ils étaient 880 ! De son côté, le site de Lascaux II ne sera pas condamné. Il fermera quatre mois, et pourrait être classé comme patrimoine historique.

Après une visite sur laquelle on reviendra plus tard, une discussion avec les personnalités invitantes on permit d'aborder quelques sujets intéressants. L'équipe de la Sémitour était présente, dont Didier Barbé et Guillaume Colombo, ainsi que la municipalité de Montignac avec, entre autres, Laurent Mathieu  maire de la ville, et surtout le Conseil départemental, "le financeur". Jean-Fred Droin représentait Germinal Peiro. Il était accompagné par Nathalie Manet-Carbonière et Christian Teillac, les élus départementaux de la circonscription, Sylvie Chevalier, présidente du Comité départemental du Tourisme de la Dordogne-Périgord et Vincent Demaison, directeur du Développement économique au Conseil Départemental de la Dordogne. Il a été précisé que si le Département est le principal bailleur de fonds, la Région, l'État et l'Europe ont également participé au financement de cet équipement, pour un montant de 60 millions d'euros en tout. Le but de ce centre est aussi de changer l'image du Périgord, montrer son dynamisme, ses facettes techniques et artistiques.

Une arrivée en masse de visiteurs

Les premières ventes en ligne semblent très positives, bien qu'aucun chiffre précis n'a été communiqué. 400 000 visiteurs ont été évoqués, mais une certaine prudence modère ces pronostics. On soupçonne qu'un nombre de visiteurs supérieur à ce chiffre soit espéré dès la première année.

La voirie a été aménagée pour accueillir tous ces visiteurs, dont le rond-point entre la rue de Juillet et l'avenue du Chambon. Les accès ont été calibrés pour accepter ce nouveau et important flux de véhicules. Seule la rue du docteur Mazel, la route des Eyzies, pourrait poser problème, mais alors le passage par le pont de Thonac serait une solution (en attendant un hypothétique nouveau pont près d'Intermarché). Les deux parkings ont des capacités de 250 véhicules pour le P1 et de 200 pour le P2. Ce dernier dispose de surfaces en réserve pour être étendu. Équipement de dernière minute, un parking pouvant accueillir une dizaine de bus a été réalisé près du restaurant « Les Terrasses de Lascaux ». Signalons également les kakémonos (affiches verticales) qui seront installés prochainement sur le pont de la Paix (le nouveau pont).

Côté pratique, il a été remarqué que les visiteurs n'imprimaient pas toujours leurs billets, désormais ceux-ci pourront être validés avec un smartphone. Les tarifs ont été modérés, alors que le ticket moyen de Lascaux II était de 6,90 €, celui de Lascaux IV sera de 9,90 €, soit une augmentation limitée alors que la proposition de visite est bien plus importante, la durée de visite évoluant d'une trentaine de minutes à deux heures et demie. Il existe un tarif pour les familles : 44,90 € pour deux adultes et deux enfants, et un autre individuel à accès illimité durant une année pour 40 €. Il est attendu un pic de fréquentation dès l'ouverture, mais ceci devrait s'estomper dès la fin de l'année prochaine puisqu'en octobre le centre n'ouvrira qu'à 10 heures, contre 9 heures en décembre de cette année.

Peu ou pas de concurrence avec l'existant

Certains équipements sont déjà terminés, comme la cafétéria, ou en cours d'installation comme la boutique. On peut donc déjà juger de leur impact et du niveau de concurrence qu'ils produiront sur les commerces locaux. Autant dire que la menace est réduite. La cafétéria est apparemment fonctionnelle, c'est un service de proximité de petite taille et neutre ; les cafés et restaurants n'auraient rien à craindre pour peu qu'ils offrent un service de qualité et soignent leur personnalisation. La boutique ne semble pas monstrueuse, même si le chiffre d'affaires sera conséquent, mais rien à voir avec un magasin correctement décoré proposant des produits originaux.

Parmi les questions, Laurent Mathieu a été interpellé sur l'arrivée d'un hôtel de cent chambres ; il a répondu, Jean-Fred Droin allant dans le même sens, que nous étions dans une économie libérale et que la mairie ne peut s'opposer à de nouvelles installations (signalons que les municipalités vont perdre la compétence économique au profit de la Communauté de communes). Ce futur hôtel ne devrait pas venir concurrencer les quatre-vingts chambres actuelles, il s'agit d'un projet porté par un promoteur travaillant avec les tour-opérateurs asiatiques (comme nous le suggérions le mois dernier) ; il s'agit donc d'une nouvelle clientèle. Il a aussi évoqué un hôtel qui lui concurrencera les établissements actuels, pas vraiment un hôtel, mais une structure de treize à quatorze chambres « 4 étoiles plus » ; il s'agit de l'hôtel de Bouillac qui se développera autour d'un restaurant haut de gamme.

Au final, les personnalités ont insisté sur la chance à saisir et l'adaptation des commerces aux habitudes de consommation des futurs visiteurs, en particulier étrangers. Les repas limités à la tranche horaire de midi à quatorze heures ne sont pas adaptés à leurs attentes. De même, Lascaux IV proposera en juillet-août des visites jusqu'à 22 heures, il faut que ces visiteurs trouvent des établissements ouverts lorsqu'ils chercheront à se restaurer. C'est un thème qui a déjà été abordé en janvier dernier par Michel G. Langlois.

Dernier élément, bien que la compétence économique soit désormais du ressort de la Région, et plus du département, Germinal Peiro a tenu à conserver une structure économique, dont Vincent Demaison à la charge. Ce service de « Développement économique » peut conseiller les professionnels, les aider à monter leur dossier de demande de subventions et même les présenter à la Région. Le financement par le département est encore possible pour quelques professions, schématiquement les professions agricoles.

Photo : Jean-Luc Kokel

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

NOS PARTENAIRES :
Communauté de Communes du Terrassonnais en Périgord noir-Thenon-Hautefort ; Terrasson-Lavilledieu ; Montignac ; Pazayac ; Beauregard-de-Terrasson ; Badefols d'Ans ; Condat-sur-Vézère ; La Bachellerie ; Le Lardin-Saint-Lazare  ; Saint-Rabier ; Thenon ; Peyrignac ; Cublac ; La Feuillade ; Chavagnac ; La Cassagne ; Châtres ; Coly ; Grèzes ; Aubas ; Villac ; Azerat ; Ladornac ; Tourtoirac
Conseil Départemental Dordogne