Terrasson - Loisirs/Culture: Un cours de danse indienne Bollywood à Terrasson - Mardi, 24 Octobre 2017 09:49
Terrasson - Loisirs/Culture: Une tarte aux pommes géante dégustée à Terrasson - Mardi, 24 Octobre 2017 08:12
Montignac - Loisirs/Culture: La rentrée s'est bien passée au conservatoire de musique - Lundi, 23 Octobre 2017 08:09
Terrasson - Loisirs/Culture: Villac fête l'automne - Samedi, 21 Octobre 2017 20:42
Terrasson - Loisirs/Culture: La Feuillade : soirée Kevin Castagna mercredi - Samedi, 21 Octobre 2017 20:10

17
Sep
2016

Raphaële Crônier : passion taï-chi, qi-gong et shiatsu

PDFImprimerEnvoyer

EWANews - Portraits

(1 vote, moyenne 3.00 sur 5)

Bien être et médecine douce naturelle autour de la culture japonaise, Raphaële Crônier propose plusieurs activités à la rentrée (à la rentrée 2016, le lundi, le jeudi et le vendredi) sur le Terrassonnais : taï-chi, qi-gong et shiatsu. Son parcours explique pourquoi elle s'est lancée dans de telles activités... Interview.

Ewanews : Quelle est votre formation et d'où vient ce goût pour l'Asie ?

Raphaële Crônier : "J'ai commencé mon parcours en Chine, puis au Japon. J'ai été formée aux école de Taikyoken de Tokyo. Et aujourd'hui je continue à travailler avec Maître Jian Liujun à l'institut du Quimetao à Paris. Je suis en partie intéressée par tout ce qui vient d'Asie. Peut-être que j'y trouve une identité. Et les activités que je fais découlent en fait les unes des autres. C'est comme un chemin de vie où l'on n'a jamais fini de travailler pour soi, d'apprendre, de continuer".

Qu'est ce que le Taï chi, le Qi-gong ? Qu'est-ce que ces activités peuvent apporter ? Le bien-être, la sérénité...?

R.C. : "Oui, il y a de multiples façons de pratiquer le Taï chi, et il y a beaucoup de variantes aussi pour ce qui est du Qi-gong. C'est vrai que je les pratique dans le sens du bien-être et de la santé. Le Taï chi est plus un art martial, à la base c'est un art de défense. On travaille souvent à deux, avec un partenaire, mais toujours dans la volonté de s'équilibrer, de chercher la relaxation, la souplesse. Et puis, c'est un moment où l'on vide son esprit pour être complètement dans l'instant et dans ce que l'on fait. Avec le Qi-gong, on travaille plus les méridiens, en rapport avec la médecine chinoise."

Les mouvements au Taï chi, ce sont des mouvements continus, circulaires, lents et précis ?

R.C. : "C'est ça. C'est lent, circulaire, et ça doit être absolument précis."

C'est un peu comme les arts martiaux, il faut les répéter beaucoup de fois, pourquoi ?

R.C. : "La  répétition sert surtout à intégrer le mouvement. Plus on intègre le mouvement, plus il nous appartient, on laisse aller. C'est un peu comme si le subconscient avait intégré ce mouvement-là. A partir de là, on travaille véritablement ce qu'on appelle l'énergie qui circule dans le corps et qui fait que l'on va se sentir mieux. On va se rééquilibrer. C'est vraiment un retour à la nature. La respiration aussi nous relie à la nature, à l'univers. Comme si l'on était un petit point entre la terre et le ciel. Tous les mouvements que l'on fait travaillent à cette unité-là".

Est-ce que c'est un bon complément à la méditation ?

R.C. : "Oui. Alors c'est vrai que je pratique pour ma part la méditation. Mais ce qui est méditatif dans le Taï Chi reste totalement libre et laïque. Chacun a ses convictions et on ne pratique pas ces activités en voulant y mettre une religion. C'est surtout la volonté d'un mieux-être. Donc, la méditation c'est aussi cela, c'est laisser reposer son esprit, un peu comme un verre d'eau très agité et où l'eau, petit à petit, stagne, se détend. Le Taï chi c'est une méditation en mouvement. Dans l'année, on fait d'ailleurs des stages où l'on peut faire justement une méditation pour reposer son esprit, bien se recentrer, et aborder encore mieux l'exercice de Taï-chi."

Vous pratiquez également le Shiatsu, qu'est-ce que c'est ?

R.C. : "Le shiatsu découle de la même énergie. Là par contre, c'est japonais. Et, c'est un travail avec un receveur et un donneur. On va donner ce qu'on pourrait appeler un massage en occident, mais du côté de l'orient, il s'agit plus de pressions sur le corps pour rééquilibrer ses énergies, pour qu'il retrouve une bonne santé, ou qu'il entretienne sa bonne santé. C'est la même chose que l'acupuncture sans aiguilles. C'est une sorte d'acupuncture puisque l'on travaille sur les méridiens ou les points d'entrée. A la place des aiguilles, ce sont des pressions sur le corps avec la force de l'énergie, pour le bien-être. Cela détend le corps, ça fait du bien aux muscles aussi, un petit peu comme si cela touchait toutes les couches de l'épiderme".

Y-a-t-il des exemples concrets où le shiatsu peut apporter vraiment un réconfort ?

R.C. : "Cela fait énormément de bien dans beaucoup de maladies. En accompagnement  des traitements, par exemple pour des personnes qui ont eu un cancer, à la suite de leur chimio, cela permet de faire un peu un nettoyage, on va dire. Cela soulage aussi les douleurs de dos, de rhumatismes... Cela renforce l'organisme. Mais attention, ce n'est pas présenté comme un soin unique. Cela ne remplace en aucune manière la médecine. Ces activités font partie de la médecine chinoise. Au Japon, on retrouve le shiatsu dans la pratique quotidienne des gens. Je propose des consultations individuelles, mais en ce qui me concerne, le travail est de la même essence."

Vous êtes professeur d'arts plastiques par ailleurs, et vous pratiquez la calligraphie ?

R.C. : "Oui, la calligraphie japonaise. On peut avoir l'impression que cela fait beaucoup de choses mais c'est la même déclinaison parce que, lorsque l'on pratique la calligraphie japonaise lors de stages, c'est une méditation en mouvement également. On pratique cet art graphique comme un mouvement de Qi-gong ou comme un mouvement de Taï-chi. C'est-à-dire que le corps se déplace lentement, suit son pinceau, on est dans l'unité entre le ciel et la terre."

On sent bien chez vous cette passion forte de la culture japonaise, partirez-vous peut-être un jour en vacances au Japon ? Mais avez-vous la pratique de la langue ?

R.C. : "J'ai promis à mes enfants que l'on irait au Japon l'an prochain. C'est vrai que c'est un voyage coûteux mais tellement riche par ailleurs. J'ai appris le japonais parce que j'ai habité au Japon et j'ai aussi été mariée avec un Japonais avant que la vie ne prenne d'autres tournants. Donc oui, il y avait la pratique de la langue japonaise. Mais à l'époque, il y a une quinzaine d'années, c'était beaucoup plus fluide. Comme toute pratique et comme le Taï chi, une langue ça se perd si on ne pratique pas. Oui, j'espère me remettre dans le bain de la langue (sourires)".

- site internet de Raphaële Crônier et de l'association Etre Dao : cliquez ici.

- Une boutique Shodo-Zen se met en place où elle propose des objets utilitaires pour la calligraphie et pour la méditation, ainsi que de belles créations issues de ces pratiques : http://shodo-zen.com/fr/

- cours le lundi et le jeudi à Beauregard de Terrasson salle polyvalente, de 18h30 à 19h30

- cours le vendredi à Terrasson, centre culturel, de 12h30 à 13h30

- pour le shiatsu sur RV

- R. Crônier - Etre Dao : Tél. : 06.75.18.09.83 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ou site internet

 



NOS PARTENAIRES :
Communauté de Communes du Terrassonnais en Périgord noir-Thenon-Hautefort ; Terrasson-Lavilledieu ; Montignac ; Pazayac ; Beauregard-de-Terrasson ; Badefols d'Ans ; Condat-sur-Vézère ; La Bachellerie ; Le Lardin-Saint-Lazare  ; Saint-Rabier ; Thenon ; Peyrignac ; Cublac ; La Feuillade ; Chavagnac ; La Cassagne ; Châtres ; Coly ; Grèzes ; Aubas ; Villac ; Azerat ; Ladornac ; Tourtoirac
Conseil Départemental Dordogne