Terrasson - Loisirs/Culture: Un cours de danse indienne Bollywood à Terrasson - Mardi, 24 Octobre 2017 09:49
Terrasson - Loisirs/Culture: Une tarte aux pommes géante dégustée à Terrasson - Mardi, 24 Octobre 2017 08:12
Montignac - Loisirs/Culture: La rentrée s'est bien passée au conservatoire de musique - Lundi, 23 Octobre 2017 08:09
Terrasson - Loisirs/Culture: Villac fête l'automne - Samedi, 21 Octobre 2017 20:42
Terrasson - Loisirs/Culture: La Feuillade : soirée Kevin Castagna mercredi - Samedi, 21 Octobre 2017 20:10

15
Aou
2017

Régine Anglard, conseillère départementale

PDFImprimerEnvoyer

EWANews - Portraits

(7 votes, moyenne 4.00 sur 5)

Régine Anglard est conseillère départementale sur le nouveau canton de Terrasson (*) mais aussi vice-présidente chargée de la culture et de la langue occitane. Pour la Journée de la Femme, le mardi 8 mars 2016, Ewanews proposait son portrait, un an après son élection...

"Un an, c'est très long, et c'est très court, j'ai l'impression que c'était hier" dit l'inspectrice de l'Education nationale qui a débuté institutrice en classe enfantine, et qui a terminé sa carrière en juillet 2010.  Actuelle conseillère municipale de l'opposition à Terrasson dans un 2e mandat, elle avait échoué aux élections en 2014, avec Francis Valade, face au maire en place Pierre Delmon.

C'est un an après qu'elle a rendez-vous avec le succès. Régine Anglard est élue le 29 mars 2015 conseillère départementale, aux côtés de Michel Lajugie, sur le nouveau grand canton de Terrasson, qui comprend 28 communes dont Salignac, Carlux et Saint-Geniès. Ce soir-là, elle ne cache pas sa satisfaction. Elle a beaucoup apprécié les nombreuses rencontres lors de sa campagne. Elle reconnaît que "c'était une expérience très, très enrichissante, d'aller à la rencontre des gens qui habitent ce très grand territoire. Un canton que je connais très bien puisque c'était ma circonscription en tant que conseillère pédagogique. Donc, sauf les communes qui n'ont pas d'école, je les connais particulièrement bien". Et le bilan de cette première année d'exercice est plutôt positif : "il y a eu beaucoup de choses nouvelles, beaucoup d'apprentissage, qu'il a fallu intégrer. Un nouveau style de vie aussi". Son arrivée coïncide avec le départ en première ligne de Serge Eymard, ex-conseiller général, et avec l'installation de la parité au conseil départemental de la Dordogne, composé maintenant de 25 femmes et de 25 hommes. Selon elle : "cela apporte une autre physionomie de la vie politique et de l'assemblée départementale, qui est très intéressante".

A de nombreuses cérémonies de voeux des maires en ce début d'année, le conseil départemental était souvent évoqué en terme de restrictions budgétaires voire de hausses d'impôts. Le fauteuil serait-il si agréable que cela actuellement ? "Au niveau des restrictions, toutes les collectivités malheureusement les ressentent et les supportent. Le conseil départemental ne fait pas exception. Du côté des hausses d'impôts, elles sont relatives et ne concernent que le foncier bâti. Cela ne concerne pas tout le monde. Et puis il faut aussi dire que les dépenses sociales concernant l'APA (allocation personnalisée d'autonomie), le RSA (revenu de solidarité active) et tout ce qui concerne l'enfance, ont explosé. Ce sont des compétences obligatoires et l'on ne peut pas y déroger. Cela grève fortement le budget. Et puis nous avons la chance d'avoir un président du conseil départemental qui a donné toujours la priorité à la culture et aux sports, alors que dans certains départements ce n'est plus le cas. Ce ne sont pas des domaines obligatoires. On est peut-être dans une situation négative, certes, mais on a encore la chance d'avoir des subventions et des crédits pour la culture, le sport, et je vois mal comment on pourrait créer du lien social si l'on n'oeuvre pas pour la culture, le sport et la jeunesse".

Si on lui demande comment elle conçoit sa mission d'élue municipale, elle répond : "C'est tout à fait normal de s'intéresser à la vie de la cité et, même dans l'opposition, on a toujours un rôle à jouer en tant que citoyen". Ses rôles s'entrecroisent parfois, comme sur le projet de la maison de retraite de La Roche Libère. "Oui, je fais partie du conseil d'administration, et en tant que conseillère départementale du canton, je porte quelque part aussi cette volonté de refaire cette EPHAD qui devient un petit peu obsolète et qui a vraiment besoin d'une reconstruction".  Mais dans ce projet, le département et la municipalité ne se sont pas encore mis d'accord... "Effectivemnt, il y a des points de vue différents, et surtout des montages financiers qu'il faut trouver. C'est en effet très compliqué. Je me suis posée comme une médiatrice. C'est-à-dire que l'on a tous le même objectif, la reconstruction. Et il faut que l'on arrive à trouver un montage financier viable pour tout le monde, et faire en sorte que le plus vite possible cette nouvelle Ephad sorte de terre. Le plus important est que le prix de la journée pour les résidents n'augmente pas."

La conseillère départementale apprécie d'être présente aussi bien à l'assemblée générale d'une petite association que sur un grand événement comme la présentation de Lascaux 4, le prochain centre international d'art pariétal à Montignac (sur la photo 2 de J-L-K : Mme Anglard 1ère à gauche). "Cela me paraît en totale adéquation avec le mandat que les électeurs m'ont donné. Je suis à la fois présente auprès des gens de mon canton, auprès des associations, culturelles mais aussi sportives, du patrimoine et du devoir de mémoire. Ce qui est très important c'est ce contact, car je pense que l'on ne peut pas parler des gens  et les défendre si on ne les connaît pas. C'est bien de connaître les gens, les lieux, leur fonctionnement et de mettre des noms sur des visages."

Chaque mois, elle se rend à Périgueux. Un comité exécutif prépare une commision plénière où sont traités tous les dossiers. Ces derniers sont vôtés ensuite en assemblée. Ainsi, son agenda se partage entre les commissions permanentes, les manifestations culturelles sur le département, et ses permanences de canton. La vice-présidence du conseil départemental lui demande d'être présente sur des instances comme  l'agence culturelle, aussi bien qu'auprès des services de la direction de l'éducation et de la culture. Il lui incombe de représenter le président quand celui-ci ne peut pas assurer tel vernissage ou telle manifestation. Et là, la vice-présidente ne compte pas son temps pour ses nombreux déplacements en Dordogne. "La première année, il y a des endroits où je ne suis pas beaucoup allée, comme le Bergeracois. Cette année, je vais faire en sorte d'y être un peu plus".

Concernant les demandes de subvention des associations, Regine Anglard explique: "Suite aux Assises départementales, on a redéfini notre politique culturelle et nous l'avons vôtée à la dernière session. L'agence culturelle se restructure. Là, nous sommes maintenant sur le règlement d'interventions. Une réunion va avoir lieu fin mars, car on va être très vite dans la saison et les associations ont besoin que les dossiers soient traités assez rapidement. Les critères d'éligibilité seront expliqués par rapport aux subventions, et notamment pour les années qui viennent. Et tous les agents du département les aident à constituer ces dossiers. La mise en place des nouveaux contrats est assez longue. Les conventions culturelles en milieu rural demandent beaucoup de préparation. Et il va falloir expliquer, prendre notre bâton de pèlerin et aller le présenter à toutes les associations..."

Les permanences avec les élus le mercredi matin peuvent être déplacées. Le 1er mercredi du mois, c'est Terrasson, puis le 2e c'est Carlux et le 3e c'est Salignac. "Très vite, on s'est rendu compte que c'est un peu rigide. Soit nous y allons tous les deux, avec Michel Lajugie, soit l'un, soit l'autre, mais parfois des réunions à Périgueux tombent ce jour-là. Alors, par téléphone, on se donne rendez-vous dès le lendemain dans la mesure du possible."

Parmi ses passions, la lecture: "les poèmes d'Aragon, de Desnos, et l'Etranger de Camus font partie de ce que je relis régulièrement", l'opéra et le jazz, le jardinage "car cela permet de déconnecter un peu", les randonnées et le vélo "mais je n'ai pas beaucoup de temps pour en faire en ce moment", et la photographie (elle était présidente de l'amicale laïque et du club photo). Elle admire Doisneau "qui avait passé un été en Dordogne", immortalisé dans "Mariage aux Eyzies", et ses coups de coeur en peinture vont aux impressionnistes comme Van Gogh et à la merveilleuse toile du Tintoret "que j'ai vue à Venise".

Enfin, si on lui demande quels seraient ses souhaits pour son canton et ses communes, Régine Anglard précise : "j'aimerais qu'il y ait plus de lien social, des moments où les gens se retrouvent, je crois qu'il n'y en a jamais assez. Des choses qui permettent aux gens de sortir de chez eux, de ne pas rester devant un écran, et de discuter avec les autres. Je repense à un moment récent, lorsqu'il y a eu les inondations de la Vézère, je trouve que c'est un phénomène extraordinaire. Quand la Vézère déborde, les Terrassonnais sortent, ils vont voir l'eau et ils parlent entre eux. Je ne sais pas quel est l'événement qui arriverait à faire aussi bien ? Mais c'est quelque chose de très fort et j'aimerais qu'il y en ait d'autres (sourires)." AR

- "Régine Anglard part à la retraite. La tournée des écoles" (Juillet 2010, Terrasson Evous, ex-Ewanews.com)

- "Terrasson : liste et projets de l'opposition" (Mars 2014-Ewanews.com)

- "Départementales 2015 à Terrasson" Vidéo Ewanews du 29 mars 2015, le soir de son élection.

- A l'occasion de la journée internationale des droits des femmes, le mardi 8 mars 2016, EWANews a choisi le portrait d’une élue simple, avec force et convictions. Nous aurions pu choisir de faire aussi le portrait d'une autre élue : Francine Bourra. Une façon de rendre hommage à ces femmes engagées, passionnées et courageuses. Nous en connaissons beaucoup autour de nous : chef d'entreprise, syndicaliste, sportive, femme pompier ou dans le domaine de la santé, présidente, bénévole d'association et élue...

(*) Le nouveau canton de Terrasson comprend les communes suivantes : Terrasson-Lavilledieu, Archignac, Borrèze, Calviac-en-Périgord, Carlux, Carsac-Aillac, La Cassagne, Cazoulès, Chavagnac, Coly, Condat-sur-Vézère, Ladornac, La Feuillade, Grèzes, Jayac, Nadaillac, Orliaguet, Paulin, Pazayac, Peyrillac-et-Millac, Prats-de-Carlux, Saint-Crépin-et-Carlucet, Saint-Geniès, Saint-Julien-de-Lampon, Sainte-Mondane, Salignac-Eyvigues, Veyrignac

NOS PARTENAIRES :
Communauté de Communes du Terrassonnais en Périgord noir-Thenon-Hautefort ; Terrasson-Lavilledieu ; Montignac ; Pazayac ; Beauregard-de-Terrasson ; Badefols d'Ans ; Condat-sur-Vézère ; La Bachellerie ; Le Lardin-Saint-Lazare  ; Saint-Rabier ; Thenon ; Peyrignac ; Cublac ; La Feuillade ; Chavagnac ; La Cassagne ; Châtres ; Coly ; Grèzes ; Aubas ; Villac ; Azerat ; Ladornac ; Tourtoirac
Conseil Départemental Dordogne