Montignac - Les échos: Les voeux du maire de Montignac-Lascaux - Lundi, 30 Janvier 2023 16:38
Terrasson - Infos : Terrasson : des châtaignes grillées pour les voisins - Dimanche, 29 Janvier 2023 00:19
Terrasson - Infos : Terrasson : un chèque pour les maternelles - Dimanche, 29 Janvier 2023 00:13
Terrasson - Loisirs/Culture: "Nouvelle Histoire de Mouchette", lecture très sensible à la Distillerie - Vendredi, 27 Janvier 2023 22:09
Terrasson - Société: Votez pour l'église d'Auriac... 1 simple clic ! - Vendredi, 27 Janvier 2023 10:23

22
Jan
2023

Jeux, musique et théâtre à la Nuit de la Lecture

PDFImprimerEnvoyer

Terrasson - Loisirs/Culture

(1 vote, moyenne 5.00 sur 5)

L'édition 2023 des Nuits de la Lecture à la Médiathèque de Terrasson, autour du thème de la Peur, s'est moins tournée vers le livre, l'écriture et la lecture cette année, que vers les arts et les jeux, et la journée très dense en activités qui ont mobilisé toutes les bibliothécaires et les intervenant(e)s invités pour l'occasion, a été un franc succès.

De nombreux groupes d'enfants, ados et adultes se sont succédés  de 10h à 17h, en équipes de trois ou quatre joueurs, dans un escape game haletant, où ils avaient à désamorcer une bombe en moins d'une heure en usant de toutes les ressources conjuguées de leur esprit logique et de leur vélocité à exploiter les indices et éléments trouvés. Ce furent beaucoup de frayeurs et de rires, que ce soit entre amis ou entre d'heureuses rencontres intergénérationnelles.

L'après-midi avec l'artiste Nelly Sanchez, dont on pouvait découvrir à l'étage une exposition  de ses collages, conjuguant la force symbolique de certaines images aux collisions d'idées et aux contrastes du mot d'esprit, plusieurs ateliers ont été proposés sur inscription sur le thème "Portraits de trouille". Nelly Sanchez a si bien expliqué et montré l'art du collage que les participants sont repartis ravis avec chacun un portrait selon son idée... et l'une d'entre eux a confié à Carole Mazel, la médiathécaire, son désir de se mettre au collage pour la grande liberté d'expression qu'il permet.

A 18h, un public nombreux est venu écouter la conférence musicale proposée par Joël Costi sur le thème des "Frissons symphoniques", frissons de froid tout d'abord avec l'air du génie du froid dans "King Arthur", de Henry Purcell, donné pour la première fois à Londres en 1691. La froide beauté de cet air repris en 2009 dans l'album de Sting "If on a winter night" qui a suscité une nouvelle écoute, a gardé aussi dans beaucoup de mémoires l'intensité dramatique que lui avait donné le contre-ténor allemand Klaus Nomi en 1982. Ce voyage musical s'est ensuite tourné vers les frissons de l'effroi, la peur blanche et le désarroi avec un extrait d'"Orphée et Eurydice" de C.W. Gluck, composé en 1762 et donné en français à Paris en 1774. N'ayant pas tenu la promesse qu'il avait faite à Hadès, Orphée se retourne et comprend qu'il va perdre à tout jamais Eurydice, sa bien aimée, au lieu de la libérer du royaume des morts...

Hector Berlioz, grand admirateur de Gluck, composera en 1869 une orchestration de cet opéra qui renouvelle le genre et ouvre la voie au poème symphonique dans sa "Symphonie Fantastique". Riche d'accents d'effroi, entre la danse des furies au deuxième mouvement et la peur des sorcières au troisième ainsi qu'au cinquième, le "Songe d'une nuit du Sabbat", que nous avons écouté, cette pièce créée en 1830, à la salle du Conservatoire de Paris en présence de F. Liszt, fut un succès extraordinaire. Elle inspira sans doute à ce dernier sa "Danse Macabre", composée entre 1838 et 1849, série de variations pour piano et orchestre sur la séquence grégorienne du Dies Irae. Comme l'a expliqué Joël Costi, l'oeuvre débute par des accords dissonants de quarte augmentée, appelé au moyen âge le triton ou l'accord du diable, "diabolus in musica" que la législation de l'Eglise catholique sur la musique sacrée interdisait d'utiliser. Heureusement ces interdits ont volé en éclat et le génie de Liszt inscrit profondément dans sa musique les fins qu'il a fixées au poème symphonique, non pas illustrer une narration mais "procurer à l'auditeur les même sensations ou les mêmes impressions de poésie qu'à la lecture d'un texte, une promenade, un paysage ou l'extase d'une heure tutélaire", ici faire sentir et danser l'effroi qui accompagne la mort.

Après avoir cité le "Macbeth" de G.Verdi et le choeur des sorcières, scène 1 de l'acte III, puis  l'appel aux nonnes du roi des enfers dans "Robert le Diable" de Giacomo Meyerbeer, Joël Costi nous a permis d'écouter un long extrait de la "Danse Macabre" de C. Saint Saëns composée en 1874 sur un poème en vers d'Henri Cazalis où cette fois c'est outre un rythme endiablé, "un instrument qui sent le souffre", le violon, depuis que la virtuosité de Paganini l'a fait juger diabolique, sans compter ici ses premiers accords dissonants... Plus sombre encore, le poème symphonique de S.Rachmaninov, "L'île des morts", composé en 1909 fait entendre les lents coups de rame de Charon conduisant les âmes vers leur futur royaume.

Dans une tout autre veine, plus contemporaine mais non moins glaçante, la conférence s'est achevée par l'écoute de "Central Park in the Dark", de Charles Ives, compositeur américain mort en 1954, après s'être aussi consacré aux assurances... et par l'incontournable bande originale du film d'Alfred Hitchcock "La Mort aux trousses" composée par Bernard Hermann en 1958, le film sortant l'année suivante. Merci au conférencier pour ce périple musical très intéressant !

A 19h, longue pause papotages, grignotages autour d'un délicieux buffet offert par la Médiathèque, puis vinrent de 20 h à 21h15 les lycéens du Club Théâtre du Lycée Saint Exupéry pour une première présentation du spectacle auquel ils travaillent, avec une future scénographie de Fabien Bassot. Très engagée et pleine d'humour grinçant, cette adaptation d'un texte de Denis Baronnet dont on retrouve l'ogre aux puissants pouvoirs et les zombis passés sous ses dents, entre autres textes autour de la crise climatique, promet de fabuleux moments les 4, 5 et 6 mai 2023 à l'Imagiscène. Ils mettront alors tout le dynamisme qu'ils ont su insuffler à cette première répétition publique, au service d'une mise en scène aboutie, inventive et ludique au plus haut point, comme nous les en savons capables selon l'alchimie qui les unit à leur metteur en scène préféré, Fabien Bassot, avec qui ils font un extraordinaire travail de théâtre depuis déjà bien des années... Bonne continuation à eux, nous viendrons les voir en mai.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

NOS PARTENAIRES :
Communauté de Communes du Terrassonnais en Périgord noir-Thenon-Hautefort ; Terrasson-Lavilledieu ; Montignac ; Pazayac ; Beauregard-de-Terrasson ; Badefols d'Ans ; Condat-sur-Vézère ; La Bachellerie ; Le Lardin-Saint-Lazare  ; Saint-Rabier ; Thenon ; Peyrignac ; Cublac ; La Feuillade ; Chavagnac ; La Cassagne ; Châtres ; Coly ; Grèzes ; Aubas ; Villac ; Azerat ; Ladornac ; Tourtoirac
Conseil Départemental Dordogne